Syndicate content

Confirmation du ralentissement de la croissance européenne

samedi, 9 mars, 2019 - 16:57

La fragilité de nombreuses économies clefs comme l'Allemagne, la Chine, le Royaume-Uni et l'Italie affaiblit la croissance de leurs partenaires commerciaux en Europe et en Asie.

On espérait une croissance européenne à 1,8% en 2019, voici que l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), dans ses prévisions intermédiaires, ne la voit plus qu’à 1%. Tant qu’à la croissance mondiale, après 3,6% l’an passé, elle devrait s’établir cette année à 3,3%. Ce tassement devrait perdurer l’année suivante avec une hausse du PIB mondial de 3,4%.

La zone euro est la région qui souffre le plus de la révision à la baisse des pronostics. La prévision de la croissance allemande a été amputée de près d’un point, à 0,7%. Si l’Allemagne évite de peu une récession, l’Italie devrait quant à elle y plonger avec un PIB qui chuterait de 0,2%. La France, moins dépendante du commerce international, reste créditée d’une croissance de 1,3%.

Une tendance mondiale

La croissance américaine devrait encore résister cette année (2,6% en 2019 et 2,2% en 2020), mais la croissance mondiale est au plus bas depuis 2016. La croissance chinoise continue de s’affaiblir avec une hausse du PIB à 6% cette année et les investissements chinois en Europe ont baissé de 40% en 2018. Selon une étude des cabinets Rhodium Group et Mercator Institute for China Studies (Merics), la fièvre acheteuse de la Chine a baissé de plus de 50% depuis 2016. Aux Etats-Unis, les investissements chinois ont même baissé de 95% entre 2016 et aujourd’hui.

Toutefois, l’OCDE souligne que le marché de l’emploi résiste pour le moment et la croissance des salaires progresse lentement, encouragée par le recul de l’inflation globale et les mesures favorables visant les ménages à faible revenu dans certains pays comme la France et l’Italie.


Réactions
Pays