Syndicate content

Pour les Européens, l’immigration n’est pas le sujet N°1

lundi, 1 avril, 2019 - 17:01

L'immigration en Europe n'est plus la même qu'en 2015, lors de la dernière vague migratoire, et les Européens sont désormais plus inquiets par les effets de la corruption, du nationalisme, du terrorisme et du changement climatique.

A moins de soixante jours du scrutin des élections européennes, une enquête d’opinion conduite par l’institut de sondage britannique YouGov pour le compte du think tank European Council on Foreign Relations (ECFR), montre que la question migratoire est certes un sujet d’inquiétude, mais elle n’est ni la seule ni souvent la plus importante. De quoi relativiser certains discours populistes en vogue dans plusieurs pays européens.

Cette vaste étude, menée du 23 janvier au 25 février auprès de plus de 45.000 personnes dans quatorze pays de l’Union européenne, révèle que seulement 14% des personnes voient l’immigration comme la principale “menace”, au même niveau que la crise économique ou les risques de guerres commerciales. “Les enjeux politiques de 2019 sont radicalement différents de ceux de 2015. La campagne pour une Europe forteresse ne sera pas gagnante”, estime Mark Leonard, directeur de l’ECFR.

L’émigration contre l’immigration

Car dans six pays, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, où la population se réduit au fil des années, l’émigration suscite plus de craintes que l’immigration. La Roumanie a ainsi perdu 10% de sa population durant la dernière décennie, surtout des jeunes qui sont partis s’installer dans l’Europe de l’Ouest. Dans les pays du nord et de l’ouest de l’Europe, l’immigration reste un sujet important.

Selon l’enquête, le radicalisme musulman est le premier sujet d’inquiétude, touchant un Européen sur 5, et ceci davantage en Belgique, en France, en Hollande que dans les pays d’Europe de l’Est. Dans presque tous les pays, une majorité pense que la défense de l’environnement devrait être une priorité, même dans le cas d’une nouvelle crise économique.

Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays