Syndicate content

Un séropositif sous traitement ne transmet pas le VIH

lundi, 13 mai, 2019 - 08:28

L'étude européenne Partner2 impose la nouvelle stratégie de prévention selon laquelle toute personne séropositive qui suit sont traitement antirétroviral ne transmet pas le virus du sida.

L’étude Partner2 confirme qu’une charge virale indétectable empêche la transmission du VIH au sein des couples sérodifférents quand le partenaire séropositif est sous traitement depuis plus de 4ans. Cette étude de grande ampleur, menée dans 14 pays européens, a suivi pendant huit ans 783 couples d’hommes ayant des rapports non protégés et où l’un des partenaires est séropositif, mais avec une charge virale indétectable grâce aux traitements antirétroviraux.

Les résultats, publiés dans la revue Le Lancet, montrent qu’en dépit de près de 75.000 actes sexuels sans préservatifs, aucun cas de transmission n’a été observé entre les partenaires. Ces conclusions confirment celles de la première phase d’étude, publiée en 2016, où aucune contamination n’avait été constatée après 1,3 année de suivi de couples hétérosexuels et homosexuels.

Changement de paradigme

Cette idée est apparue pour la première fois en 2008, lors d’un premier essai de la Commission fédérale suisse pour les problèmes liés au sida (aujourd’hui CFSS), connu depuis sous le nom de “Swiss Statement”. De nombreux débats ont suivi, mais le principe “Indétectable = Intransmissible” est désormais à la base de toutes les stratégies de prévention.

Onusida vise désormais la fin de l’épidémie du sida d’ici 2030 en se basant sur trois piliers : que 90% des personnes contaminées soient au courant de leur séropositivité, que 90% de ces dernières aient accès aux antirétroviraux et que 90% des personnes sous traitement aient une charge virale indétectable.

Dans le monde, moins des deux tiers (59%) des personnes séropositives sont aujourd’hui sous traitement. Depuis le début de l’épidémie, 78 millions de personnes ont été infectées, 35 millions en sont mortes. Aujourd’hui encore, on estime à 1,8 million le nombre des nouvelles contaminations et 1 million de décès chaque année.


Mots clés
,
Réactions
Pays