Syndicate content

Brexit : un tiers des Britanniques évitent de regarder les news

vendredi, 14 juin, 2019 - 09:56

Le feuilleton Brexit déprime les "Remainers" alors que les "Brexiters" ne font plus confiance à l'impartialité des actualités à la télévision. Les récentes déclarations de Boris Johnson sur le refus de payer la dette européenne n'amélioreront sûrement pas cette fatigue du Brexit.

La frustration sur le Brexit est telle au Royaume-Uni qu’un tiers des personnes qui regardent la télévision déclarent éviter de suivre les news sur le sujet. Le site YouGov a questionné l’Institut Reuters d’Oxford pour cette étude qui révèle que 35% des personnes sondées expriment un dégoût qui affecte leur humeur quotidienne.

La crise politique qui perdure a pour effet une exaspération qui trouve sa source dans le fait qu’une grande partie des Britanniques ne savent plus quoi faire pour obliger le gouvernement à sortir de l’impasse. Les partisans d’une sortie de l’UE sont les plus nombreux à douter de l’objectivité des médias, ce qui affecte même les taux d’audience de la BBC ou de Chanel 4.

La “fatigue Brexit” progresse

La récente déclaration de Boris Johnson sur l’éventualité d’un refus de payer la facture du Brexit (estimée entre 40 et 45 milliards d’euros) à l’Union européenne est un nouvel exemple de ce que le quotidien conservateur The Telegraphdécrit comme un “combat stérile”.

L’ancien maire de Londres, qui serait le mieux placé pour succéder à la Première ministre Theresa May, considère que si le Parlement britannique rejetait un accord de sortie, Londres ne serait plus juridiquement tenu de tenir ses contributions financières à l’UE. La menace de Boris Johnson est jugée “absolument inacceptable” par le négociateur européen sur le Brexit, Guy Verhofstadt.

Si le Royaume-Uni ne règle pas son engagement au budget pluriannuel de l’Union européenne, le contentieux pourrait trainer durant plusieurs années devant un tribunal international à La Haye (Pays-Bas), ce qui ne manquerait pas d’exaspérer davantage la lassitude et la colère exprimée dans l’étude de YouGov.


Mots clés
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays