Syndicate content

Le Conseil de l’Europe met fin aux sanctions contre la Russie

mardi, 25 juin, 2019 - 13:13

Alors que Moscou a refusé toute concession sur les droits de l'homme et ses conflits armés, l'Europe met fin à cinq années de sanctions qui ne sont pas parvenues à calmer l'agressivité du géant russe.

Par 118 voix contre 62 et 10 abstentions, le retour de la Russie au sein de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a été voté ce lundi 24 juin, dans une ambiance survoltée. Les opposants à cette levée des sanctions (ukrainiens, britanniques et certains représentants de l’est du continent) n’ont pas pu empêcher un vote attendu, qui met fin à la crise de l’annexion de la Crimée en 2014 et de la guerre dans le Donbass.

L’Assemblée parlementaire est donc la première institution à faire un geste envers Moscou qui ne paye plus sa cotisation (33 millions d’euros, soit 10% du budget total) et qui menace régulièrement de quitter le Conseil de l’Europe. C’est donc un échec pour cette institution, dont la mission est de protéger le droit international et les droits de l’homme, et qui n’est pas parvenu à trouver une issue à l’annexion de la Crimée alors que l’attitude de la Russie est toujours plus agressive.

Une défaite pour le conseil

Le Conseil de l’Europe a été créé en 1949 et siège à Strasbourg, même s’il est totalement distinct de l’Union européenne. Il regroupe 47 pays et établit les conventions qui se concentrent sur la défense des droits de l’homme et la démocratie. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) est son bras armé.

Paris et Berlin ont soutenu le lobby de Moscou afin que la Russie retrouve son plein statut au sein de l’organisation, malgré les protestations de l’Ukraine, la Géorgie, les pays baltes et la Pologne. La Russie occupe toujours la Crimée et a mené une nouvelle offensive l’année dernière dans le détroit de Kertch, en mer d’Azov. Elle maintient un conflit armé meurtrier dans la région ukrainienne séparatiste du Donbass.


Mots clés
,
Réactions
Pays