Syndicate content

L’Europe échoue encore sur les postes-clefs de l’UE

lundi, 1 juillet, 2019 - 14:17

L'échec des négociations met en reflet la crise qui oppose la méthode française et celle de l'Allemagne.

Après un nouveau sommet ce weekend pour décider qui seront les nouveaux leaders des institutions communautaires, le ton monte d’un cran et “tourne au jeu de massacre”. La présidence de la Commission, celle du Conseil européen, du haut représentant de l’UE et de la Banque centrale européenne n’ont toujours pas de successeurs.

Emmanuel Macron et Angela Merkel sont toujours au centre d’un affrontement où les groupes régionaux font désormais entendre leurs voix. Selon le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki, l’Italie et les pays d’Europe de l’Est sont toujours opposés à la nomination du socialiste néerlandais Frans Timmermans à la présidence de la Commission.

Le président français était arrivé à Bruxelles en proposant une condition : la parité hommes – femmes pour les quatre postes à pourvoir. Cela n’a visiblement pas facilité les discussions. Car les dissensions sont désormais profondes en ce qui concerne l’attitude d’Emmanuel Macron contre Manfred Weber, le candidat de la droite populaire européenne et de la CDU/CSU d’Angela Merkel, qui a été mal reçue outre-Rhin.

Macron se fâche

Après une nuit blanche sans avancée notable, le président français a dénoncé “des réunions trop longues qui ne mènent à rien” et “des heures passées en palabres” dans “un club de 28 qui se réunit sans jamais se décider”. Bref, cet échec “donne une très mauvaise image pour le conseil de l’Europe”.

Ce lundi, à huit heures du matin, le président du Conseil Donald Tusk a proposé à la Chancelière Angela Merkel et à Emmanuel Macron de se retrouver lors d’un nouveau sommet dans deux semaines. Tous deux ont refusé. Une nouvelle réunion aura donc lieu demain.

Réactions
Pays