Syndicate content

La population européenne profite de l’immigration

lundi, 15 juillet, 2019 - 10:52

Une quinzaine de pays ont un taux de natalité supérieur aux taux de mortalité mais, depuis 2015, la croissance démographique de l'Europe n'est plus assurée que par l'immigration.

 

Il y a trente ans, la population cumulée des 28 Etats membres s’élevait à 474 millions de personnes, elle est aujourd’hui de 513 millions de personnes, en hausse de 1,1 million par rapport à 2017. Or la population est en baisse dans dix Etats membres et la Lettonie, la Bulgarie et la Croatie étant les plus affectées.

De plus, les derniers chiffres d’Eurostat montrent qu’il ya eu davantage de décès (5,3 millions) que de naissances (5,1 millions) dans l’UE en 2018. C’est la deuxième année consécutive où les chiffres font état de cette prévalence des décès sur les naissances.

La progression nette de la population européenne est donc essentiellement due à l’apport de l’immigration. En 2018, environ 2,4 millions de personnes en provenance de pays non-membres ont immigré dans l’UE.

Allemagne et France en tête

Ces deux pays sont les plus peuplés de l’UE au 1er janvier 2019. Ils sont suivis par le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne. La population allemande représente 16,2% de la population totale européenne avec 83 millions d’habitants et la population française, 13,1% avec 67 millions d’habitants.

L’Europe reste une grande région d’immigration depuis une vingtaine d’années, davantage certaines années que l’Amérique du Nord dans un contexte de manque de main-d’œuvre sectorielle et de vieillissement. En France, l’immigration est passée de 7,3% de la population du pays en 1999 à 9,7% en 2018. Loin des peurs souvent exprimées par le risque du “grand remplacement”.


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays