Syndicate content

Français et Autrichiens partent en vacances plus que les autres

jeudi, 18 juillet, 2019 - 14:24

Selon le baromètre annuel Ipsos/Europe-Assistance, 69% des Français prennent des vacances d’été et 4 sur 10 le font à l’étranger. Mais leur budget reste inférieur à celui des vacanciers allemands ou suisses.

Après avoir connu pas mal d’aléa ces dernières années, le marché du tourisme en Europe confirme globalement cette année l’embellie constatée l’an dernier, même si les Européens sont un tout petit peu moins nombreux à prendre des vacances qu’en 2018.

Par rapport à 2014, le redressement est spectaculaire et les Français restent parmi les grands amateurs de vacances d’été. Le baromètre Ipsos/ Europe Assistance (*) nous décrit comment, pour combien de temps et vers quelles destination les ressortissants de dix Etats européens se préparent à partir cet été.

63% d’Européens vacanciers…

D’après le baromètre, 63% des Européens en moyenne ont déclaré en avril dernier vouloir partir cet été. C’est un petit recul par rapport à l’an dernier – ils étaient 64% – mais un gros progrès par rapport aux 54% d’il y a cinq ans. Il faut toutefois noter qu’en raison de la multiplication des congés courts ou bien des voyages lointains tout au long de l’année, la tendance lourde des vacances d’été est plutôt en recul depuis dix ans.

… et près de 70% des Français

Les Français restent de grands amateurs de vacances d’été puisque, depuis le début de la décennie, ils se partagent avec les Autrichiens la première place du podium. Cette année, ils sont deuxième avec 69% d’intentions de départ contre 70% pour les Autrichiens.

Britanniques et Allemands sont moins nombreux à partir – 64 et 63% – mais cela reste plus haut que les 60% de vacanciers des pays du sud de l’Europe. Cela dit, pour les Espagnols, durement touchés par la crise économique, on revient de loin puisqu’ils n’étaient plus que 4 sur 10 à partir il y a cinq ans.

Les budgets diffèrent

Sans surprise, ce sont les Français – dont les jours de congés sont nombreux – qui partent le plus longtemps avec deux semaines en moyenne. Les Italiens, par exemple, ne partent que 1,6 semaine.

Pourtant, à 2.200 €, leur budget moyen de vacances – un montant assez constant depuis quelques années – est nettement inférieur à celui des Allemands, des Autrichiens et surtout des Suisses (de 2500 à 2800 €).

Il y a eu un changement dans le classement depuis quelques années. L’incertitude à l’égard de l’avenir ajouté à l’effet de la dépréciation de la livre, rejette les Britanniques au bas de l’échelle alors qu’ils étaient traditionnellement parmi les plus dépensiers.

Ainsi, en cinq ans, leur budget en euros a diminué de plus d’un tiers et, avec un peu plus de 1.800 € consacrés aux vacances, ils sont à peine au dessus des Italiens et des Espagnols.

Les pays du sud sont casaniers, pas les Allemands

Quant à savoir qui prend le plus volontiers ses congés dans son propre pays, il faut bien sûr distinguer les grands et les petits pays où les gens franchissent logiquement en masse leurs frontières (proches).

La France est le « grand pays » qui retient le plus ses vacanciers avec 56% de gens qui ne passent pas la frontière. Les Espagnols et les Italiens restent relativement casaniers eux aussi, mais notons qu’ils voyagent beaucoup plus qu’avant.

Les Allemands, eux, ne demeurent qu’à 29% chez eux. Quant aux Britanniques, seul un quart d’entre eux opte pour les vertes campagnes où les rivages venteux du Royaume.

Destination favorite : l’Espagne

Deux destinations tiennent en Europe le haut du pavé. En premier lieu l’Espagne, privilégiée par les Britanniques, les Français, les Allemands, les Italiens et, logiquement, les Portugais.

Quant à l’Italie, à l’évidence pour des raisons de plus grande proximité, elle est le premier choix des Autrichiens et des Suisses ainsi que des Polonais. Longtemps destination préférée des Allemands, elle est désormais devancée par l’Espagne.

La France, qui arrive souvent en deuxième position n’est la première destination – mais de loin, à 32% – que pour les Belges et, à égalité avec l’Italie, pour 12% des Espagnols.

Parmi les sites ou monuments que les Européens apprécient le plus, sept pays européens sur dix citent la Tour Eiffel, notamment les Allemands, les Italiens ou les Espagnols. En revanche, Français, Belges ou anglais citent tous les Pyramides d’Egypte. Qui sont, par ailleurs, le choix numéro deux de cinq autres pays européens.

Une fibre écolo modérée

Clairement, l’empreinte écologique du voyage n’est pas la première préoccupation des Européens puisque ce facteur n’intervient qu’en cinquième rang dans le choix de la destination et ne détermine que 17% des personnes interrogées par Ipsos.

A cet égard, les Français sont un peu en dessous de cette moyenne, à 16%. Mais il est intéressant de noter que les pays réputés plutôt écolo comme la Suisse, l’Allemagne, l’Autriche ne font pas mieux ou font même moins bien que les Français.

En revanche, trois pays que l’on n’attendait pas forcément sur ce type de motivation se détachent : il s’agit du Portugal, de l’Italie et de la Pologne où près d’un quart des sondés disent se soucier de l’empreinte écologique de leur voyage. Encore une idée reçue qui tombe !

(*) baromètre établi à partir d’une enquête effectuée auprès de 1000 ressortissants dans chacun des douze pays sous revue


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays