Syndicate content

Brexit : Boris Johnson joue son va-tout

jeudi, 29 août, 2019 - 18:01

Coup de poker ou passage en force, le Premier ministre crée la surprise en préparant le pays à une sortie brutale et sans accord avec l’UE.

Disposant d’une minuscule majorité au Parlement, le Premier ministre a annoncé la suspension du travail des députés entre la deuxième semaine de septembre et le 14 octobre. Pour ce faire, il a écrit ce mercredi 28 août à la Reine Elizabeth II, qui lui a donné son accord. Cette procédure, légale, appelée « prorogation, lui permettra de poursuivre ses négociations sur le Brexit sans l’accord de la Westminster.

Pour Boris Johnson, cette manœuvre laissera aux députés la possibilité de s’exprimer dès la reprise des débats le 14 octobre : « J’ai l’intention de présenter un agenda législatif ambitieux pour permettre le renouvellement de notre pays après le Brexit » a-t-il communiqué dans la lettre envoyée aux députés pour les informer de sa position. « Si je réussis à conclure un accord avec l’UE, le parlement pourra alors passer une loi pour la ratification de l’accord avant le 31 octobre ».

Outrage, manifestations et pétition

Ce « scandale constitutionnel » a aussitôt fait la une de la presse et provoqué une pétition, qui a reçu plus d’un million de signatures et qui met d’ailleurs la Reine dans l’embarras car cette crise pourrait entraîner une crise monarchique. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue suite alors que les députés sont ulcérés. La livre a perdu 0,6% face à l’euro et le dollar.

Mais si l’opposition n’a que quelques jours pour tenter de renverser le Premier ministre afin de provoquer de nouvelles élections générales, un changement de majorité est pour le moment bien incertain. Boris Johnson pourrait alors profiter de l’exaspération populaire face au Brexit pour unir la droite face aux « remainers », éparpillés entre les partis pro-européens. Selon le Guardian, ce nouveau scrutin lui assurerait une majorité au Parlement afin de faire voter les lois qu’il souhaite pour l’après-Brexit.

Réactions
Pays