Syndicate content

Brexit : nouveaux affrontements au Parlement

mardi, 10 septembre, 2019 - 11:52

Dans une ambiance chaotique, Boris Johnson a subi un nouveau vote sanctionnant sa stratégie, alors que le Parlement est désormais suspendu jusqu’au 14 octobre.

La séance de lundi à la Chambre des communes, la dernière avant la suspension du Parlement pendant cinq semaines, s’est déroulée au milieu de protestations, de chants gallois et écossais qui ont accompagné le refus de déclencher des législatives anticipées le 15 octobre. Avec 293 voix pour, loin des deux tiers requis pour approuver ces élections générales, les députés ont mis en échec, la deuxième fois en cinq jours, la proposition de Boris Johnson.

Les députés ont aussi voté un texte obligeant le gouvernement à publier des documents confidentiels sur l’impact d’un « no-deal », ainsi que les échanges entre responsables sur leur plan de suspendre le gouvernement. Il est actuellement difficile de savoir si un nouveau report de trois mois du Brexit sera demandé. Boris Johnson se dit catégoriquement contre, mais des élections plus tardives pourraient lui être bénéfiques afin de former une nouvelle majorité.

Démissions en série

Amber Rudd, ministre du Travail et des Retraites, a quitté son poste dimanche, après l’exclusion du Parti conservateur de 21 députés qui avaient voté une proposition de loi destinée à éviter un Brexit sans accord. Quelques jours auparavant, le frère du Premier ministre, Jo Johnson, avait aussi quitté le gouvernement, préférant « l’intérêt national » à la « loyauté familiale ».

Autre symbole d’un divorce politique, le président de la Cambre des communes, John Bercow, a annoncé son intention de démissionner le 31 octobre. Après dix années à son poste, le « speaker », pourtant conservateur de longue date, s’était progressivement rangé dans le camp des anti-Brexit. « On dégrade ce Parlement à notre propre péril » a-t-il affirmé, les larmes aux yeux.


Mots clés
,
Réactions
Pays