Syndicate content

Le suicide en Europe

mercredi, 11 septembre, 2019 - 16:42

Seulement 38 pays à travers le monde disposent de stratégies nationales contre le suicide, qui reste la seconde cause de mortalité chez les 15-29 ans, après les accidents de la route.

Le 10 septembre est la journée mondiale de prévention du suicide et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé, dans son rapport annuel, qu’une personne met fin à ses jours toutes les 40 secondes dans le monde. Soit 800.000 personnes chaque année.

Grâce à des stratégies de prévention plus nombreuses, le taux mondial de suicides a diminué de 9,8% entre 2010 et 2016, avec des baisses allant de 19,6% dans la région du Pacifique occidental à 4,2% dans la région de l’Asie du Sud-Est. La région des Amériques, où l’accès aux armes à feu est important, est la seule ayant enregistré une progression (+6%).

L’Europe de l’est très touchée

Les cas de suicides se produisent majoritairement dans les pays à revenu faible et intermédiaire, mais les pays à revenu élevé ont le taux le plus élevé. L’Europe est ainsi affectée, avec une moyenne de 13 cas pour 100.000 personnes en 2016, un niveau plus élevé que la moyenne mondiale qui est de 10,5 personnes pour 100.000 habitants.

Mais d’importantes disparités existent sur le vieux continent : tous les pays méditerranéens sont moins touchés alors que la Russie est le deuxième pays mondial, où l’excès d’alcool est tenu responsable d’un taux élevé. Viennent ensuite la Lituanie et la Biélorussie. La Belgique, la France et l’Irlande ont le plus haut taux de suicides dans l’Europe de l’ouest. La Grèce et la Finlande sont les pays les moins affectés.

Dans les pays riches, les hommes sont disproportionnellement concernés, presque trois fois plus que les femmes. L’OMS alerte les pays sur le nombre très important de suicides causés par l’ingestion de pesticides, qui est la deuxième méthode la plus employée. Ces pesticides devraient être interdits, particulièrement au Bangladesh ou en République de Corée. Par exemple, on estime que l’interdiction de certains produits agricoles au Sri Lanka a permis de sauver 93.000 vies entre 1995 et 2015.


Mots clés
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays