Syndicate content

Recyclage des déchets : la France fait moins bien que ses voisins

jeudi, 21 novembre, 2019 - 11:54

Alors que l’Hexagone a peu réduit ses déchets ménagers, il en recycle moins de 50% contre 65 à 100% dans les pays voisins. Le pays est particulièrement en retard en matière de recyclage des emballages.

En matière de politique environnementale et de lutte contre le réchauffement climatique, le gouvernement français est régulièrement accusé d’en faire beaucoup moins qu’il n’en dit.

Pour la population, l’écologie au quotidien consiste à trier ses déchets ménagers et à limiter l’utilisation d’emballages. La production et le recyclage des déchets constitue donc une bonne mesure de la « maturité écologique » d’un pays.

Plus on produit, plus on est riche, plus on jette

Globalement, en 2016 (derniers chiffres disponibles), l’ensemble des pays de l’Union a généré quelques 2,5 milliards de tonnes de déchets, soit près de 5 tonnes par habitant.

Mais la majeure partie de ces résidus est constituée de résidus miniers particulièrement importants dans certains pays producteurs du nord de l’Europe. Si l’on exclut les activités extractives, on constate simplement que la production de déchets est proportionnelle à l’activité industrielle.

De même, si l’on ne considère que les déchets municipaux collectés par les ordures ménagères, on s’aperçoit que leur quantité est en général fonction du niveau de vie de chaque pays.

Ainsi, la totalité des pays situés à l’Est du continent « produisent » par habitant moins que la moyenne européenne de 486 kilos par an. La France se situe à 514 kilos, l’Italie à 489 et l’Allemagne à 633.

Gros producteurs de déchets…

Si l’on se focalise sur les déchets engendrés par les ménages, on arrive mieux à cerner les comportements écologiquement responsables, la corrélation entre niveau de vie et quantité de déchets cessant de jouer, au moins en grande partie.

Ainsi, plusieurs pays se situent nettement au dessus de la production européenne moyenne de 327 kilos et ils sont diversifiés puisqu’on y trouve à la foi le Royaume-Uni et l’Espagne, le Portugal et le Danemark ou encore l’Irlande et les Pays-Bas.

Les consommateurs de ces pays semblent « jeter » beaucoup. Quant à la France, elle se situe un peu en dessous de la moyenne européenne avec 318 kilos.

… et pays économes

D’autres pays sont beaucoup plus économes. Ainsi, les Allemands et les Italiens ne jettent à la poubelle que 250 kilos par an. Les Finlandais et les Suédois sont encore plus attentifs. Il en va de même – et l’on s’y attendait moins – des Polonais.

Le champion slovène

Mais les champions toute catégorie de l’économie en matière de déchets sont les habitants de la petite Slovénie qui ne rejettent que 170 kilos par personne.

Ce n’est nullement un hasard puisque les Slovènes rejetaient près de trois fois plus de déchets au début du siècle !

En fait, outre un centre de traitement très performant aux portes de la capitale, Ljubjana, la population a été bien éduquée à l’économie et au tri par un système de collecte à domicile des déchets organiques puis du papier-carton doublé ensuite d’une non-collecte des déchets résiduels.

La France continue de recourir excessivement aux décharges

Parmi les différentes manières de traiter les déchets ménagers, la moins polluante consiste à recycler des emballages ou encore à produire de l’énergie à partir du traitement ou de l’incinération de déchets.

L’incinération simple fait en revanche partie des traitements de déchets les plus polluants de même que le dépôt en décharge.

Selon les objectifs européens, ce recours aux décharges devrait s’appliquer à moins de 10% des déchets traités en 2035. Mais de nombreux pays en sont loin.

Ce sont très souvent des pays de l’Est comme la République tchèque, la Roumanie ou la Slovaquie qui envoient les deux tiers de leurs ordures à la décharge.

Mais à l’Ouest, deux pays se distinguent en mal : le Portugal et la France. Car l’Hexagone jette 36% de ces déchets ménagers à la décharge alors que l’Italie n’y en dépose que 5% et que les Pays-Bas, la Belgique ou l’Allemagne ont éliminé cette pratique.

Allemagne et Benelux produisent de l’énergie…

Ces derniers pays sont donc vertueux, mais pas de la même manière. L’Allemagne et encore plus les Pays-Bas et la Belgique produisent de l’énergie avec 60, voire 80% de leurs déchets.

La France n’en canalise que 48% dans cette filière pourtant très ingénieuse puisqu’elle contribue à la production d’énergies renouvelables.

… l’Italie recycle les emballages

Quant à l’Italie, elle est parvenue à éliminer plus des deux tiers de ces déchets via une filière de recyclage des emballages particulièrement performante puisqu’elle implique 6000 entreprises employant 155.000 salariés.

A noter que les Polonais sont également performants dans ce domaine. Les Français en revanche sont bien en retard en matière de recyclage, celui-ci ne concernant que 6% des déchets traités.

Une performance française médiocre

La France ne brille donc pas du tout en Europe en ce qui concerne le traitement des déchets puisque l’Hexagone affiche des résultats médiocres peu conforme au discours volontariste de ses dirigeants.

La moitié des déchets qu’il produit est traitée soit par mise en décharge, soit par incinération simple. Et le pays est très loin des objectifs européens visant le recyclage de 65% des emballages d’ici à 2025.

Par comparaison, l’Allemagne traite vertueusement les deux tiers de ses déchets et l’Italie les trois quarts. Sans parler des Pays-Bas, de la Belgique qui font encore beaucoup mieux où de la Suède et du Danemark qui recyclent à 100%.

 


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays