Syndicate content

Les aides européennes peinent à atteindre les pays les plus pauvres

lundi, 25 novembre, 2019 - 15:24

L'aide au développement et les apports aux pays les plus pauvres fléchit pour la première fois et trop de pays donateurs ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs.

Moins de 10% des aides financières européennes parviennent aux pays qui en ont le plus besoin, selon une étude de l’ONG Concord, qui alerte sur le fait que les fonds ont régressé pour la seconde année consécutive. L’Union européenne et ses Etats membres sont pourtant les plus grands donateurs au monde avec un total de 61 milliards d’euros en 2018, mais ce montant s’est réduit de 5,8% par rapport à 2017.

Les Nations Unies attendent, depuis les années 70, que chaque pays assume une contribution de 0,7% de son PIB en direction des pays les plus pauvres. Au niveau européen, cette aide plafonnait malheureusement à 0,47% en 2018, en régression par rapport à 0,49% en 2017 et 0,51% en 2016.

La Suède, le Luxembourg, le Danemark et le Royaume-Uni sont les seuls pays européens qui ont atteint cet engagement à 0,7%. A l’opposé, cinq pays ont vu leur aide régresser de 10% : l’Italie, la Grèce, la Finlande, l’Autriche et la Lituanie.

L’objectif pour 2030 sera difficile à atteindre 

L’Agenda for Sustainable Developpement des Nations Unies a pour ambition de voir la fin de la pauvreté et de la faim en 2030, mais cette réduction de l’aide internationale met en péril les programmes : “Non seulement les objectifs ne sont pas atteints en termes de quantité, mais la qualité de l’aide est en régression”, selon Luca de Fraia de ActionAid Italie. Ainsi, 16 pays parmi les plus pauvres ne reçoivent que 8% de l’ensemble des aides européennes.

L’aide au développement représente plus des deux tiers du financement extérieur affecté aux pays les moins avancés

 


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays