Syndicate content

Le Darknet fait exploser la production de drogues en Europe

mercredi, 27 novembre, 2019 - 15:47

La Belgique, l'Espagne et les Pays-Bas sont en première ligne pour l'entrée et la distribution de la cocaïne en Europe. Mais le Royaume-Uni et l'Allemagne sont les pays où le commerce en ligne se développe le plus rapidement.

En Espagne, la capture d’un sous-marin semi-submersible en provenance d’Amérique du sud, chargé de plusieurs tonnes de cocaïne, a fait les titres de la presse, mais le dernier rapport de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) et Europol précise qu’une grande partie des stupéfiants achetés via le Dark web est aussi produite sur le continent.

” Ce que nous observons aujourd’hui, c’est l’hyper production de drogues, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières européennes, ce qui entraîne une grande disponibilité des substances naturelles ou de synthèse” explique Alexis Goosdeel, le directeur de l’OEDT.

Menée pendant trois ans, cette enquête estime le commerce de drogues illicites en Europe à 30 milliards d’euros en 2017 (sans compter la valeur des saisies). Le cannabis reste le produit le plus demandé (39% du marché), viennent ensuite la cocaïne (31%) et l’héroïne (25%). Les amphétamines et la MDMA comptent pour 5% du marché.

Le principal front d’entrée se situe en Belgique, en Espagne et aux Pays-Bas. En 2017, les autorités belges et espagnoles ont saisi à elles-seules 60% des 140 tonnes de cocaïne confisquée sur l’ensemble du continent.

La montée en puissance du Darknet

The Guardian précise que le nombre de personnes qui achètent des drogues sur le Darknet a plus que doublé depuis 2014. L’OEDT met d’ailleurs le Royaume-Uni à la première place européenne du marché illicite via internet sur la période 2017/2018 avec un volume de 24 millions de Livres, pour 2825 kilos de produits. L’Allemagne est en seconde place en terme de profit, avec 16 millions de Livres, mais avec une production plus importante, estimée à 3153 kilos. Des chiffres sûrement sous-estimés, le blanchiment d’argent de la drogue étant facilité grâce aux crypto-monnaies.

Le trafic souterrain profite aussi à l’introduction du fentanyl, le célèbre antidouleur de la famille des opiacées qui provoque actuellement une crise sanitaire majeure aux Etats-Unis. Les auteurs du rapport pointent les difficultés de la lutte contre le commerce de la drogue, appellent à des stratégies plus innovantes et la légalisation des drogues douces telles que le cannabis.

 


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays