Syndicate content

L’Europe s’engage dans le secteur des batteries électriques

mardi, 10 décembre, 2019 - 14:17

Ce plan ambitieux fait partie des priorités de la Commission européenne dans la lutte contre le réchauffement climatique, dont le plan sera rendu public le 11 décembre.

C’est un projet attendu par Emmanuel Macron qui, le 13 février dernier, avait dévoilé un plan pour développer une filière française et européenne de la batterie, doté de 1,8 milliards d’euros de soutien public franco-allemands. Afin de moderniser le secteur automobile qui présente des signes de ralentissement, la Commission européenne a autorisé sept Etats membres à apporter une aide publique de 3,2 milliards d’euro, en collaboration avec un consortium de 17 entreprises.

Ce “projet important d’intérêt commun” (Piiec), que l’on appelle déjà l'”Airbus des batteries”, rassemblera  des constructeurs automobile comme BMW, des chimistes comme BASF et Solvay, des petites et moyennes entreprises, mais aussi des organismes publics de recherche à travers le continent. Le but est de commercialiser des batteries li-ion (ou lithium-ion) qui ont une plus longue vie, se rechargent plus vite et sont plus sûres est plus respectueuses de l’environnement que les batteries actuellement sur le marché.

Un projet stratégique

Pour rattraper certaines régions beaucoup plus en avance dans l’usage des voitures électriques, comme la Norvège, la Californie, les grandes villes chinoises, l’Allemagne pourra investir jusqu’à 1,25 milliard d’euro, la France 950 millions, l’Italie 570 millions, la Pologne 240 millions, la Belgique 80 millions et la Finlande 30 millions.

“La production de batteries en Europe revêt un intérêt stratégique pour notre économie et notre société, compte tenu de son potentiel en termes de mobilité propre et d’énergie, de créations d’emplois, de durabilité et compétitivité” s’est réjouie Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission chargé notamment de la politique de concurrence.

En France, “L’Etat devra aussi accorder aux utilisateurs de véhicules électriques des bénéfices non spécifiques liés à l’usage, tels que voies réservées, parkings spécifiques et gratuits” déclarait en février dernier Carlos Tavares, PDG de PSA. “Il faut maintenant convaincre le client. Et pour cela, relever trois défis : fabriquer des voitures accessibles financièrement, densifier l’infrastructure de charge et apaiser l’anxiété en matière d’autonomie”.

 

 


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays