Syndicate content

Nord Stream : les USA et l’Europe s’affrontent

dimanche, 22 décembre, 2019 - 11:22

La "guerre du gaz" européenne sur le dossier éminemment complexe de Nord Stream se poursuit, cette fois avec les pressions américaines qui cherchent à pénaliser les sociétés européennes partenaires du projet.

Depuis que le Sénat américain a voté, en juin dernier, de nouvelles sanctions, notamment contre les entreprises occidentales associées au russe Gazprom, la bataille s’intensifie autour de l’alimentation en gaz du continent. Le doublement du gazoduc Nord Stream doit pouvoir acheminer 55 milliards de mètres cubes de gaz, de la Russie jusqu’en Allemagne. Les Etats-Unis et certains pays européens (l’Ukraine, la Pologne et les pays baltes) craignent en effet que le projet n’accroisse la dépendance des Européens vis-à-vis du gaz russe. Ce dossier fait partie des nombreux aspects de la guerre économique entre les Etats-Unis et l’Europe.

L’Union européenne et l’Allemagne en particulier, n’ont pas tardé à condamner les sanctions américaines. “Par principe, l’UE s’oppose à l’imposition de sanctions contre les entreprises européennes se livrant à des activités légales” a déclaré hier un porte-parole de l’UE. Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, a ajouté : “L’idéologie américaine ne supporte pas la concurrence mondiale”.

Accord avec l’Ukraine

Dans les nombreux sujets qui séparent Moscou et Kiev, un accord a été trouvé lors des négociations trilatérales entre l’Ukraine, la Russie et l’Union européenne. Le géant gazier Gazprom a accepté de payer 2,9 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros) à son équivalent ukrainien Naftogaz afin de prolonger le transit du gaz russe vers l’Europe.

Le montant de cette amende avait été décidé par la cour d’arbitrage de Stockholm en février 2018 et le paiement de ces pénalités permettra à Naftogaz à abandonner toutes les poursuites envers la Russie à travers les juridictions internationales.

L’Europe reste plus que jamais dépendante du gaz russe (35% de sa consommation). Le gazoduc Nord Stream de Gazprom est associé à cinq partenaires, qui financent la moitié du chantier à 9,5 milliards d’euros : le français Engie, l’anglo-néerlandais Shell, l’autrichien OMV et les allemands Uniper et Wontershall (BASF)


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays