Syndicate content

L’Europe et ses ex-colonies : le tabou subsiste

jeudi, 2 janvier, 2020 - 10:52

La question coloniale est inséparable des sujets qui inquiètent l'Europe, comme les mouvements migratoires ou même le terrorisme. Soixante dans après l'indépendance de nombreux pays africains, le devoir de mémoire doit être fait afin de réunir les peuples.

La question coloniale traverse régulièrement l’actualité, mais reste le sujet d’affrontements, soixante ans après l’indépendance de plusieurs grands pays africains. C’est que la mémoire de la colonisation reste en grande partie occultée. Un exemple évident est le cas du musée Tervuren, en Belgique, longtemps conçu comme un outil de propagande pour l’occupation de la République démocratique du Congo, qui a récemment été rénové pour en faire un centre explicatif et plus critique sur la colonisation.

En Italie, la colonisation de l’Erythrée, de la Somalie, de la Libye ou la guerre en Ethiopie n’est pas réellement enseignée dans les manuels scolaires. En Allemagne, c’est la colonisation de la Namibie qui est toujours frappée d’amnésie. Entre 1904 et 1908, l’Allemagne impériale a commis un génocide contre les peuples Herero et Nama dans le sud-ouest de l’Afrique. 100.000 personnes ont été tuées, c’est le premier génocide du XXème siècle.

L’Algérie, le sujet tabou

En France, la question coloniale reste un sujet caché qui influence malgré tout les débats sur l’indépendance de la Nouvelle Calédonie, par exemple, mais aussi le retard des investissements dans les départements d’outre-mer. Le conflit principal reste cependant l’Algérie, dont une partie des archives est toujours frappée du sceau du secret défense. Emmanuel Macron a promis de le lever, mais les familles et les historiens attendent toujours. En absence d’initiative présidentielle, l’enjeu est fondamentalement politique et extrêmement conflictuel.

Ce travail de mémoire n’étant pas fait, les pays anciennement colonisateurs peinent à formuler une forme de repentance. Ce qui influence les relations politiques entre la France et l’Algérie, surtout à un moment où cette dernière est engagée dans un mouvement populaire sans précédent dans l’espoir de renouveler l’exécutif du pays.


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays