Syndicate content

Vers un salaire minimum en Europe?

vendredi, 17 janvier, 2020 - 11:11

C’était une promesse d’Ursula von der Leyen, en juillet 2019, avant son élection à la tête de la Commission européenne. La consultation sur “Les salaires minimum équitables dans l’UE” a débuté le 14 janvier avec pour objectif un “SMIC européen” qui participerait à la mise en oeuvre du socle européen des droits sociaux.

Actuellement, 22 sur 28 Etats ont fixé un salaire minimum et les disparités sont grandes : il s’élève de 211 euros brut en Bulgarie à 2071 euros brut au Luxembourg. La France se situe à la septième place du niveau européen avec un SMIC à 1521 euros brut. Six Etats membres de disposent pas d’un salaire minimum : Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Suède. De fait, les pays scandinaves sont très opposés, redoutant que ce système puisse atteindre à leur modèle où les partenaires sociaux négocient les salaires sans l’intervention de l’Etat.

Une négociation longue et fragile

La confédération européenne des syndicats (CES) soutient cette consultation : “Nous avons observé depuis une décennie des politiques d’austérité, et mettre en place une initiative de l’Union européenne pour améliorer le revenu des travailleurs européens, c’est très important” a déclaré le secrétaire général Luca Visenti.

Considéré par beaucoup comme un serpent de mer de l’agenda européen, ce projet dispose de six semaines pour que les syndicats et les entreprises s’expriment afin de décider si la négociation du cadre de cette rétribution minimale est possible.

“Il ne s’agit ni de fixer un salaire minimum européen uniforme, ni d’obliger les pays à introduire un salaire minimum” a déclaré le vice-président de la Commission, Valdis Dombrovskis. Le but est de trouver “un instrument juridique pour garantir que les travailleurs gagnent suffisamment pour subvenir à leurs besoins”.

 


Mots clés
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays