Syndicate content

Le coronavirus : stigmatisation des Asiatiques en Europe

dimanche, 2 février, 2020 - 14:58

Fake news et rumeurs infondées se multiplient, dans la vie de tous les jours et sur les réseaux sociaux, entraînant un racisme ordinaire qui touche les Chinois, mais aussi toutes les communautés asiatiques. 

Le développement de l’épidémie engendre la peur et les stéréotypes racistes envers les communautés d’Asiatiques se manifestent dans la population de plusieurs pays européens. Ces “blagues racistes” et les phénomènes de rejet se traduisent par des insultes dans la rue et sur les réseaux sociaux, dans les médias et même dans les écoles. Ce “China bashing” ne s’adresse pas seulement aux personnes ayant des origines chinoises, mais toutes nationalités asiatiques.

La France a été le premier pays à voir ce phénomène se développer et la première réponse sur les réseaux sociaux a été initiée le 27 janvier avec le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus. Outre les insultes dénoncées, certains médias ont exprimé leurs excuses après la publication du Courrier Picard qui titrait sur “l’Alerte jaune”. Le comique Nicolas Canteloup a enchaîné une série de déclarations sur Europe 1 qui a provoqué de nombreuses critiques. De fausses rumeurs circulent en outre sur les “chintok” qui mangent des soupes de chauve-souris.

“No Chinese allowed”

Le phénomène est présent en Italie, dans la communauté chinoise de Milan, forte de 30.000 personnes. Un journal danois, Jyllands-Posten, a publié une une avec les étoiles jaunes du drapeau chinois transformées en dessins du virus. Le magazine allemand Der Spiegel a publié un titre “Made in China” avec une photo d’une personne portant un masque. Des signes de stigmatisation ont été remarqués dans le quartier chinois de Chinatown, à Londres.

Des situations équivalentes ont été relevées en Australie, au Canada et aux Etats-Unis.


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays