Syndicate content

Nouvelles procédures pour le processus d’adhésion à l’UE

vendredi, 7 février, 2020 - 11:51

Le refus de la France face à la Macédoine du Nord et de l'Albanie a été considéré par certains comme "une erreur historique". L'Union européenne tente de calmer de jeu et d'instaurer un nouveau cadre d'intégration pour les pays Balkans.

La Commission européenne a présenté ce mercredi 5 février ses propositions afin de mieux encadrer les négociations avec les pays qui espèrent leur adhésion à l’Union européenne. En effet, sous l’impulsion de la France, du Danemark et des Pays-Bas, l’UE a refusé en octobre d’ouvrir les négociations d’adhésion avec l’Albanie et la Macédoine du Nord. Quatre autres pays des Balkans attendent : Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Serbie.

Demandé par la France, cette nouvelle procédure prévoit l’ouverture et la conclusion de 35 chapitres avant qu’un pays candidat puisse intégrer l’Union, un processus qui peut prendre entre 5 et 10 ans. Autant dire que l’élargissement de l’UE n’est pas pour demain. Car il faudra plusieurs années pour que certains pays se conforment à un meilleur fonctionnement des institutions démocratiques.

Réactions diverses

La Macédoine du Nord a salué cette nouvelle méthodologie. Son ministre des Affaires étrangères considère que cette procédure apportera une dimension plus politique au processus d’adhésion. Edi Rama, le Premier ministre albanais, se montre plus prudent : “Je n’espère rien de ces échanges” a-t-il déclaré à l’AFP. “On ne peut pas rester devant la porte de l’Europe et pleurer”.

Ce durcissement de l’UE répond à l’opinion publique, souvent hostile à l’idée d’accueillir des pays pauvres, mais illustre le besoin de renforcer la lutte contre la corruption et le crime organisé dans ces pays, ainsi que la progression de l’Etat de droit. Depuis 2016, une vaste réforme de la justice est en cours en Albanie. Le violent séisme qui a frappé le pays, fin novembre, tuant 51 personnes et endommageant plus de 80.000 bâtiments, a provoqué une prise de conscience afin de mettre un terme à des années d’urbanisation sauvage.

 


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays