Syndicate content

L’Europe redoute le terrorisme d’extrême droite

mardi, 18 février, 2020 - 11:36

Le radicalisme islamique n'est pas le seul à menacer les pays européens. L'émergence d'un mouvement d'extrême droite, qui développe des techniques terroristes à l'encontre des minorités, principalement issues de l'immigration, devient un sujet d'inquiétude et menace la cohésion sociale.

Le gouvernement allemand a arrêté douze membres d’un groupe d’extrême droite qui avait pris pour cible six lieux de culte musulmans pendant la prière, sur le modèle de l’attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Outre des mosquées, des hommes politiques et des demandeurs d’asile étaient également visés. Les suspects, tous de nationalité allemande, espéraient déclencher des “conditions proche de la guerre civile” et d’ébranler l’ordre social. Le groupe comptait attaquer des mosquées dans “une dizaine de régions” en Allemagne.

Les attaques de mosquées se font plus nombreuses à travers le Vieux Continent. Si la menace du terrorisme islamique reste la priorité des Etats, une autre menace se répand face à toutes les minorités et aussi les migrants. En octobre 2019, un attentat a été déjoué dans une synagogue de Halle. En juin de la même année, un élu allemand pro-migrants, membre du parti de la chancelière Angela Merkel, a été assassiné. Le même été, une trentaine de personnes liées au mouvement “Nordkreuz” (Croix du Nord) ont été interpellées. A Dresdre, dans l’ex-RDA, huit néonazis sont jugés depuis près de cinq mois pour avoir planifié des attentats contre des étrangers et des responsables politiques.

Un phénomène qui touche une partie de l’Europe

A Oslo, un homme de 22 ans a tué hier sa belle-soeur avant d’attaquer une mosquée avec l’intention de “tuer autant de Musulmans que possible”. Là aussi, l’inspiration venait de la fusillade de Christchurch et d’El Paso, au Texas, en août 2019, où l’assaillant visait la communauté hispanique, tuant 22 personnes. En France, la stigmatisation de l’islam a aussi entrainé l’attaque de la mosquée de Bayonne, en octobre de l’année dernière.

Les attaques anti-musulmans ont ainsi explosé en France de 54% en 2019 : elles étaient une centaine en 2018, et le nombre est passé à 154 l’année dernière. Elles se sont principalement produites dans les régions Ile-de-France, Rhones-Alpes et Paca. En juin 2018, 13 personnes liées au groupe radical Action des Forces Opérationnelles ont été arrêtées par la police antiterroriste sur un complot visant à attaquer des Musulmans.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays