Syndicate content

Inquiétude européenne face au coronavirus

lundi, 24 février, 2020 - 10:58

Si les risques de pandémie européenne restent "modérés" selon l'OMS, la propagation de Covid-19 alerte les principales Bourses européennes qui ont ouvert ce lundi en nette baisse.

La pandémie de Covid-19 est sur le point d’atteindre son point de bascule. Au total, 29 Etats et territoires (sans compter la Chine) sont touchés par le virus. L’Iran est désormais le pays où le coronavirus a fait plus de morts hors de Chine (8 décès), poussant plusieurs pays voisins à fermer leurs frontières. La Corée du Sud est le deuxième pays le plus infecté (602 cas) après l’Empire du Milieu. L’Afrique, mal préparée,  représente un risque majeur. Le bilan mondial s’alourdit en Chine avec 2442 morts et 77.000 personnes contaminées.

En Europe, la situation de l’Italie inquiète avec onze villes placées en quarantaine, une première sur le Vieux Continent. Ces communes (dix en Lombardie et une en Vénétie) rassemblent 52.000 personnes et sont actuellement à l’arrêt complet. 132 personnes ont contracté le virus, contre seulement trois il y a quelques jours. Ce lundi 24 février, les Bourses européennes sont en retrait. Le CAC 40 parisien a perdu 3% en début de séance et l’Euro a reculé de 2,31%.

Relocaliser l’industrie pharmaceutique en Europe

Une des inquiétudes européenne touche à la pénurie de médicaments, la Chine étant un des principaux fabricants de principes actifs, c’est-à-dire les molécules qui confèrent au médicament ses propriétés thérapeutiques ou préventives. Depuis la crise du VIH/sida, les laboratoires ont fait le choix de délocaliser leur production dans les pays à bas coût de main d’oeuvre et soumis à des régulations moins strictes.

La Chine, comme l’Inde ou le Brésil, ont depuis développé une production de génériques qui permet aussi de commercialiser ces médicaments à des prix avantageux, ce qui permet de traiter des patients plus rapidement et moins cher. Aujourd’hui, 80% des fabricants de principes actifs se situent hors de l’Union européenne, contre 20% il y a trente ans. Environ 60% de la production se situe en Chine et en Inde. Industriels, pharmaciens et chercheurs appellent à relocaliser ces industries en Europe.

 


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays