Syndicate content

Le secteur culturel représente des millions d’emplois en Europe

mercredi, 9 septembre, 2020 - 08:57

Ravagées par la crise du Covid 19, les industries culturelles sont plus développées en Allemagne et au Royaume-Uni qu’au sud de l’Europe. La France est à cet égard une puissance moyenne mais elle est forte dans des secteurs comme le livre ou la diffusion audiovisuelle.

Les conséquences économiques de la pandémie de Covid 19 ont été particulièrement sévères pour le secteur des industries culturelles.

Mises totalement à l’arrêt durant les périodes de confinement du printemps, elles subissent encore, dans les grands pays de l’Union, des restrictions d’activité qui les empêchent de connaître le rebond que d’autres secteurs de l’économie connaissent.

Elles ne devraient pas retrouver avant de longs mois leur niveau d’avant-crise, ce qui met en péril de très nombreuses entreprises malgré les mesures de soutien mises en œuvre.

De fait, face à cette situation de péril, les Etats européens sont loin d’être inactifs. Mais, en la matière, et même en ne considérant que les grands pays de l’Union, il est délicat de comparer les mesures de soutien au secteur de la culture.

Car si certains pays comme la France flèchent assez précisément les aides en direction des industries culturelles, d’autres pays comme l’Allemagne englobent ces financements dans des enveloppes destinées à soutenir globalement les petites entreprises et les auto-entrepreneurs qui sont légion dans le domaine culturel.

En gros, on peut estimer que l’effort ciblé d’environ 7 milliards d’euros annoncés par le gouvernement français n’est pas supérieur en proportion au niveau des aides allouées outre-Rhin.

Et si les pouvoirs publics britanniques n’ont à ce jour fait état de financements ne dépassant guère 2 milliards d’euros, on sait qu’Outre Manche l’essentiel des soutiens aux métiers de l’art et des spectacles se fait sous forme de dons individuels ou canalisés par des fondations privées.

Notons cependant que les aides de l’Etat aux industries de la culture paraissent très sous-dimensionnées en Italie et surtout en Espagne.

Davantage d’emplois culturels au nord de l’Europe

Le secteur culturel fournit le plus grand nombre d’emplois en Allemagne (près de 1,7 million) et au Royaume-Uni (1,5 million).

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il occupe moins de gens en France (960.000), en Italie (830.000) et en Espagne (700.000). Cela dit, il existe en Europe, sinon une spécialisation culturelle, du moins des types d’activité plus ou moins développés.

Prenons par exemple le secteur de l’édition. Tous produits confondus, il emploie beaucoup plus de monde en Allemagne et au Royaume-Uni (215 et 165.000 personnes) qu’en France (moins de 90.000).

France : les secteurs du livre et de l’audiovisuel en pointe

En revanche, il faut souligner que le secteur particulier de l’édition et du commerce du livre est nettement plus important en termes de chiffre d’affaires en France que dans les autres pays : plus de onze milliards d’euros dans l’Hexagone contre 8 en Allemagne, 7 au Royaume-Uni 3 ou 4 milliards seulement en Espagne ou en Italie.

Autre secteur bien développé en France, celui de la programmation-diffusion audiovisuelle où le chiffre d’affaires français égale pratiquement le CA britannique (16 milliards contre 17) et dépasse largement le niveau allemand (11,5 milliards).

Et puis, n’oublions pas le secteur de niche de l’édition de jeux électronique. Dans ce domaine, la France est quasi-monopolistique en Europe avec des ventes de 3,5 milliards d’euros contre moins de 1,5 milliards dans les quatre autres pays réunis !

Le Royaume-Uni leader en matière d’industrie cinématographique

Dans le domaine de la production de films, la France et l’Allemagne font à peu près jeu égal avec des ventes annuelles de l’ordre de 12 milliards d’euros.

Mais, en Europe, c’est le Royaume-Uni qui mène la danse avec un chiffre d’affaire de 32 milliards. Ce qui traduit le fait que la majeure partie du cinéma britannique travaille avec les grands studios d’Hollywood et produit chaque année plusieurs gros « blockbusters » exportés ensuite dans le monde entier.

Habitudes culturelles : une Europe assez homogène

En matière d’habitudes culturelles, les différences sont assez réduites en Europe, ce qui montre au passage que la région est culturellement plutôt homogène. On peut noter simplement que les jeunes français de 15 à 20 ans ont tendance à consacrer moins de temps à la lecture que ne le font les jeunes des pays voisins.

Les grands consommateurs de culture sont au nord …

Les Allemands consacrent plus d’argent que les autres grands pays à la culture, avec près de 1300 € par an et par ménage. Si les Britanniques n’en sont pas très loin avec 1.150 €, la France est un ton en dessous avec un peu moins de 1000 €, un niveau néanmoins très supérieur aux 600/650 € dépensés par les foyers italiens ou espagnols.

Cela dit, dans l’Union européenne, les plus dépensiers en matière de culture sont les Suédois avec plus de 1400 € annuels.

… mais la France y consacre beaucoup d’argent public

Cela n’empêche pas la France d’être très dépensière en matière de culture puisque les dépenses publiques culturelles atteignaient dans l’Hexagone 16 milliards d’euros en 2015 contre à peine plus de 10 milliards en Allemagne et 6 milliards au Royaume-Uni.

Cela traduit le fait qu’en France plus qu’ailleurs, la culture est considérée comme un patrimoine national que l’Etat – bien plus que le secteur privé – a vocation à financer.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays