Syndicate content

L’Europe s’engage contre la haine envers les personnes LGBT

vendredi, 13 novembre, 2020 - 13:44

Les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre se sont accrues dans l'UE depuis une dizaine d'années et certains pays, comme la Pologne, se lancent dans une chasse aux personnes LGBT. L'Europe voudrait conditionner certaines aides à une meilleure tolérance afin d'uniformiser les droits des minorités sur le continent.

Certains Etats profitent de la crise du Covid-19 pour restreindre les libertés de circulation et modifier leur lois envers certaines catégories de personnes. C’est le cas en Hongrie, en Bulgarie, en Roumanie, mais aussi en Pologne où l’élection présidentielle approche et où le candidat Andrzej Duda, qui vise sa réélection, s’attaque à “l’idéologie LGBT”, qu’il compare à une “sorte de néo-bolchévisme”.

Le candidat du parti conservateur Droit et Justice (PiS) avait déjà signé en juin dernier une “charte pour la famille” visant à “défendre l’institution du mariage comme union d’un homme et d’une femme” et en “interdisant la diffusion de l’idéologie LGBT dans les institutions publiques”. Depuis, des zones “sans idéologie LGBT” ont été instaurées dans plus de 90 villes, surtout dans les régions conservatrices du sud-est du pays, et des manifestants pro-LGBT ont été arrêtées. Même en France, les actes homophobes ou transphobes ont connu une progression de 39% en 2019.

Garantir les droits, combattre l’homophobie

L’Europe voudrait faire pression sur les Etats qui ne garantissent pas des droits égaux pour tous et même conditionner certaines aides sur ces critères. C’est pourquoi la Commission européenne est en train de finaliser un plan contre les discriminations et la haine envers les personnes LGBT, tout en aidant à la reconnaissance des couples homoparentaux. La lutte contre les discours, les crimes ou les délits anti-LGBT pourrait ainsi être mentionnée dans les traités, pour mettre fin ainsi aux thérapies de conversion qui visent à changer l’orientation sexuelle des personnes non hétérosexuelles.

Pour ce faire, la Commission va proposer une reconnaissance mutuelle entre les Etats membres des droits parentaux des couples du même sexe. Mais plusieurs pays de l’Est européen y sont farouchement opposés et une législation européenne pour une reconnaissance mutuelle des droits parentaux nécessite l’unanimité des Etats membres, ce qui est loin d’être le cas.

 

 

 


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays