Syndicate content

Assaut du Capitole : les réactions européennes

jeudi, 7 janvier, 2021 - 09:51

Le discours de Donald Trump a attisé la colère de ses supporters avant l'invasion du Capitole, à Washington, qui s'est soldée par la mort de quatre personnes, dont une femme tuée par la police. La classe politique internationale est stupéfaite. 

Le monde s’est réveillé avec les images de l’assaut du Capitole, à Washington, après le discours incendiaire de Donald Trump. Les anciens Présidents américains ont tous protesté contre la violence des supporters du président déchu et Barack Obama a résumé l’émotion ressentie à travers le pays : “L’Histoire se souviendra des violences d’aujourd’hui au Capitole, encouragées par un président qui a menti sans relâche sur l’issue d’une élection, comme d’un moment de déshonneur et de honte dans notre pays”. Parallèlement, les représentants européens, comme les gouvernements, ont salué l’élection certifiée de Joe Biden par le Congrès.

Emmanuel Macron s’est prononcé dans une vidéo postée le soir même : “Quand, dans une des plus vieilles démocraties du monde, des partisans d’un président sortant remettent en cause, par les armes, les résultats légitimes d’une élection, c’est une idée universelle – celle d’un homme, une voix – qui est battue en brèche”. Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, a dénoncé “une atteinte grave contre la démocratie”.

Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a twitté : “La violence est incompatible avec l’exercice des droits démocratiques et des libertés” tandis que le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas a déploré que “les paroles incendiaires se muent en actions violentes”.

A Londres, Boris Johnson a twitté : “Les Etats-Unis représentent la démocratie partout dans le monde et il est désormais vital que la passation de pouvoir se fasse de façon pacifique et ordonnée”. Bruxelles a aussi fermement réagi. Charles Michel, le président du Conseil européen a déclaré : “Assister aux scènes de ce soir à Washington est un choc”. Le chef de la diplomatie européenne, Joseph Borrel s’est exprimé sur un ton grave : “Aux yeux du monde, la démocratie américaine apparaît en état de siège”.

 

 


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays