Syndicate content

L’Europe ne parvient pas à faire reculer la pauvreté

samedi, 6 février, 2021 - 11:12

Malgré des moyens importants, l'Europe n'est pas parvenue à réduire la précarité depuis la crise de 2008. En 2021, la détérioration économique devrait fragiliser encore davantage la situation des parents célibataires, des indépendants, des petits patrons ou des travailleurs saisonniers.

Un an après l’apparition du Covid-19, l’attention médiatique ne se limite plus aux actualités médicales et scientifiques, mais aux conséquences sociales et psychologiques des populations. Les images de centaines d’étudiants faisant la queue, le soir, pour trouver de quoi se nourrir, ont marqué les esprits. Et les personnes en situation précaire basculent de plus en plus dans la détresse.

Depuis la crise financière de 2008, l’Union européenne s’était engagée à réduire la pauvreté. A l’échelle du continent, 13,5 milliards d’euros issus de la politique européenne de cohésion ont été versés pour aider les personnes vulnérables. Mais les efforts ont été insuffisants. Aujourd’hui, 21,1% de la population est menacée de précarité, dont 19,4 millions d’enfants et 20,4 millions de travailleurs. Pour Olivier de Shutter, rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté : “Nous avons déjà un grand nombre de personnes qui ont perdu leurs revenus pendant des mois, qui ont perdu éventuellement leur emploi et qui sont souvent des personnes qui étaient déjà en situation très précaire”.

Le pire est à venir

Déjà, de nombreuses entreprises licencient ou ferment leurs portes. Mais les conséquences de la crise sanitaires vont se multiplier cette année car les soutiens que les Etats donnent aux entreprises vont être progressivement retirés et les dépôts de bilan provoqueront une hausse du chômage.

En France, la pandémie pourrait faire basculer plus d’un million de personnes supplémentaires dans la pauvreté, et les moins de 30 ans sont les plus concernés. Selon le rapport annuel du Secours catholique, 40% des ménages précaires sont dans l’incapacité de couvrir leurs dépenses alimentaires. Un Français sur quatre restreint les quantités dans son assiette et un sur sept saute des repas.

Au niveau mondial, les Nations unies (ONU) ont prévenu que la crise économique pourrait se transformer en tragédie humaine dans certaines régions, avec des famines à venir. Un appel humanitaire record de 35 milliards de dollars a été lancé par l’ONU pour 2021.


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays