Syndicate content

Places boursière : Amsterdam devance la City

vendredi, 12 février, 2021 - 09:44

Le futur des échanges financiers entre la City et l'UE fait l'objet de négociations à part, et devraient trouver un accord fin mars. En attendant, Amsterdam pourrait devenir la première place boursière d'Europe.

Les conséquences du Brexit sont nombreuses pour le Royaume-Uni qui voit ses échanges avec le continent bouleversés : difficultés de transfert des camions, nouvelles routes maritimes entre la Normandie et l’Irlande, difficultés pour les pêcheurs anglais. Mais ce qui inquiétait le plus Londres est en train de se produire depuis plusieurs mois. La migration d’une partie des transactions financières de la City vers l’Union européenne a avantagé Amsterdam, qui est devenue la première place boursière en Europe au mois de janvier.

Les volumes de transaction se sont élevés à 9,2 milliards d’euros par jour durant le premier mois de l’année, soit quatre fois plus qu’en décembre, contre 8,6 milliards pour Londres. La City a perdu son accès au marché européen en faveur ldes villes concurrentes, comme Paris, Dublin, Frankfort, et surtout Amsterdam.

Amsterdam, une ville évolutive

La ville touristique hollandaise se prépare depuis des mois à l’accueil des traders. Les maisons closes du Red District seront fermées pour être ensuite localisées en périphérie dans un “centre érotique”. Ce qui libèrera des volumes immobiliers très recherchés par les particuliers et les compagnies financières. Depuis 2016, le prix de l’immobilier à Amsterdam a progressé de 39%, devant celui de Berlin (+38%) et Dublin (+22%).

Amsterdam veut sortir du tourisme de masse qui irrite les habitants du centre-ville. La ville veut interdire les coffre-shops aux touristes et doit faire face à de nombreux travaux. En effet, les quais sont fragilisés par les péniches trop nombreuses, certains ponts menacent de s’écrouler, il est temps de donner un lifting à cette belle ville.  Mais ces modifications urbaines chasseront une partie de la population du centre-ville et même de la banlieue proche. Les manifestations anti-confinement du mois de décembre dernier, qui ont tourné en émeutes, ont été motivées, en partie, par la colère des jeunes.

 

 


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays