Syndicate content

A cause du Covid, pas de baby boom en vue

samedi, 27 février, 2021 - 15:48

L'anxiété et l'inquiétude face à l'avenir ont eu raison des espoirs de progression de la natalité en période de confinement, et les couples remettent à plus tard leur projet d'enfant.

Avec les premiers confinements du printemps 2020, les experts s’attendaient à un baby-boom des naissances. Finalement, les incertitudes causées par les mesures sanitaires et la dégradation de l’économie ont provoqué une baisse historique des naissances, selon les données de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). En France le nombre de bébés nés en janvier est en chute de 13% par rapport au mois de janvier de l’année dernière. Une confirmation de la baisse de 7% déjà observée en décembre 2019.

“Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les crises économiques ont souvent engendré une baisse des naissances”, rappelle Gilles Pison, de l’Institut national d’études démographiques (INED). “On peut lier cela à l’anxiété et à l’incertitude vis-à-vis de l’avenir que suscitent les périodes de crise. Certains couples décident alors de reporter leur projet d’enfant à plus tard”. De plus, les centres de procréation médicalement assistés ont été fermés pendant le confinement de mars à avril 2019, alors qu’ils représentent 3% des naissances chaque année.

Une tendance internationale

La France, qui bénéficie pourtant d’une politique nataliste, ne devrait pas être le pays le plus affecté. L’Italie et l’Espagne, qui souffrent déjà d’une faible natalité, pourraient subir d’une baisse entre plus marquée. Un “baby bust” est aussi attendu aux Etats-Unis. Pourtant, l’Allemagne bénéficie d’une progression des naissances, grâce à une politique familiale volontariste mise en place depuis le premier mandat d’Angela Merkel. Mais outre-Rhin, une chute de 15% des naissances a aussi été notée de novembre à février 2021 par rapport à l’évolution mensuelle observée de 2000 à 2019. L’lrlande se distingue par un taux de fécondité les plus élevés en Europe, mais connait aussi une chute continue depuis 2008.

Avec le nombre de décès dus à l’épidémie de Covid, et le manque à gagner des nouvelles naissances, cette baisse de la natalité n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie. Et avec une crise économique qui se prolonge, il n’est pas sûr qu’un rebond des naissances se produira cette année.


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays