Syndicate content

Covid : une troisième vague européenne inéluctable

samedi, 20 mars, 2021 - 09:29

La confusion autour du vaccin AstraZeneca désempare la stratégie européenne de vaccination et désoriente une opinion publique de plus en plus septique face à la coordination des pays européens, qui se préparent à un risque de troisième vague, prévu pour les fêtes de Pâques.

Les délais de livraison perturbés du vaccin AstraZeneca, et le retrait de ce vaccin des programmes de vaccination dans plusieurs pays, font redouter que la troisième vague de Covid ne pourra pas être évitée. C’est ce qu’a déclaré le ministre de la santé allemand, Jens Spahn : “une analyse honnête de la situation montre qu’il n’y a pas assez de vaccins en Europe pour arrêter la troisième vague à travers la vaccination seule”. En Allemagne, les nouvelles contaminations progressent et ont dépassé le seuil des 17.000 cas en 24 heures, 5000 de plus en une semaine. Un nouveau confinement est à prévoir.

Si l’Agence européenne des médicaments (EMA) a confirmé que ce vaccin était “sûr et efficace” et que les “bénéfices dépassent les risques”, cette dernière polémique rejaillit sur la crédibilité de plusieurs gouvernements qui ont pris du retard face à la multiplication du variant anglais, désormais majoritaire dans plusieurs grandes villes comme Paris et sa région.

Des nouvelles mesures restrictives en Europe

Si Madrid voit arriver un nombre important de touristes étrangers qui trouvent dans la capitale des restaurants et des cafés ouverts, la France a imposé, ce weekend un confinement “hybride” qui ne rassure pas vraiment la population, qui fuit en masse la région parisienne. L’italie a fermé toutes ses écoles en début de semaine. La Belgique prévoit de resserrer les restrictions. La Pologne a déjà annoncé un nouveau confinement alors que le nombre de nouveaux cas a doublé depuis le mois de février. De même, malgré un début de campagne de vaccination bien menée, la Serbie a imposé des mesures équivalences, la situation dans les Balkans étant particulièrement inquiétante.

Il n’empêche que le nord de l’Europe, en l’occurence la Finlande, la Norvège, la Suède et le Danemark, refuse toujours le vaccin AstraZeneca tant que les investigations sur le vaccin se poursuivent. Une disparité qui ne facilitera pas les tentatives de “passeport vaccinal” pour préparer la saison estivale sur le continent.

 


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays