Syndicate content

Ouïghours : tensions entre l’Europe et la Chine

mardi, 30 mars, 2021 - 08:16

Pour la première fois depuis 1989, avec l'embargo européen dénonçant la répression du mouvement démocratique de la place Tiananmen, L'Europe fait front avec le Canada et les Etats-Unis pour dénoncer le traitement de la minorité Ouïghour dans le Nord-Ouest de la Chine.

Après plus d’un an d’alerte sur la persécution de la minorité musulmane des Ouïghours dans la région du Xinjiang, l’Europe, les Etats-Unis et le Canada ont pris la décision de sanctionner la Chine. Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont décidé de dénoncer quatre dirigeants de la région chinoise, décision prise à leur tour par le Royaume-Uni, le Canada et les Etats-Unis.

Pékin a immédiatement répliqué en sanctionnant dix personnalités européennes, dont plusieurs élus du Parlement européen, désormais interdits de séjour en Chine, à Hong Kong et Macao. D’autres institutions et fondations, comme le Comité politique de sécurité, sont concernées. La Chine a de plus instauré un boycott populaire de plusieurs grandes marques, comme H&M ou Adidas, qui ont décidé de ne plus importer le coton produit dans la région où sont rassemblés les camps de travaux forcés dans lesquels vit la minorité Ouïghour.

Défendre l’éthique dans le commerce du coton

Pour le député belge Samuel Cogolati, une des personnes concernées par l’interdiction chinoise, “ces intimidations, ces menaces, ne nous arrêterons pas, bien au contraire. Elles renforcent notre détermination à lutter pour la démocratie à Hongkong, au Tibet ou au Xinjiang où on voit que les camps de concentration se développent pour enfermer les Ouïghours”.

Dans le monde, 20% du coton utilisé est cultivé dans le Xinjiang, où le travail forcé des Ouïghours est imposé par Pékin. De nombreuses grandes marques sont accusées de s’être approvisionnés, “potentiellement, directement ou indirectement” entre 2017 et 2019, auprès de structures utilisant la main-d’oeuvre ouïgour provenant des “camps de rééducation”. Gap, Nike, Adidas, Calvin Klein, H&M, Puma, Zara, Uniqlo, Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Abercrombie & Fitch, Fila, Victoria’s Secret ou encore Lacoste sont concernés. Peu de marques ont annoncé des changements dans leur chaîne de production.

Les rares marques qui ont décidé de prendre des mesures, comme Marks & Spencer, Adidas, H&M ou Gap, sont désormais sous le coup de mesures de rétorsion de la part de Pékin, mais l’industrie textile peine à répondre aux attentes éthiques de leur clientèle. Selon Mediapart, 83 marques et multinationales bénéficient du travail forcées Ouïghours.


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays