Syndicate content

Climat : l’Europe surpasse ses objectifs 2020 grâce au Covid

mercredi, 21 avril, 2021 - 11:02

A l’aise sur les critères des émissions et des renouvelables, l’UE n’a atteint l’an dernier ses objectifs d’efficacité énergétique qu’avec la récession. La France est en retard sur les renouvelables, tandis que les Pays-Bas sont à la peine et que l’Italie apparait comme le bon élève de l’UE.

A l’initiative de Joe Biden, un sommet environnemental virtuel se tient jeudi et vendredi afin de relancer la coopération internationale sur le climat.

Un évènement marquant le retour des Etats-Unis dans l’accord de Paris qui s’est ouvert à la signature des Etats-membres il y a tout juste cinq ans.

Dans ce domaine, l’Europe se veut toujours en pointe et son « green deal » en cours d’élaboration vise à créer les conditions de réalisation du nouvel objectif européen de neutralité carbone à l’horizon 2050.

En attendant, l’ensemble de l’Union n’a atteint tous ses objectifs pour 2020 qu’avec l’aide de la récession engendrée par le Covid 19.

Car la pandémie a eu pour effet de fortement diminuer la consommation d’énergie primaire et surtout les émissions de gaz à effet de serre (GES), deux des trois critères qui, avec la part des renouvelables dans la consommation d’énergie, mesurent l’engagement climatique des Etats-membres.

Un retard en matière d’efficacité énergétique

En fait, sur les émissions et la part des énergies renouvelables, l’ensemble des pays de l’Union avait déjà dépassé en 2019 les objectifs fixés pour 2020, à savoir une baisse des émissions de 20% par rapport à 1990 et une part de 20% des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale.

En revanche, sur l’efficacité énergétique mesurée par la consommation d’énergie primaire, l’Europe n’était guère susceptible, en 2019, d’atteindre son objectif d’une baisse de 15% par rapport au niveau d’il y a 15 ans. Néanmoins, avec la pandémie, cet objectif a été lui aussi dépassé l’an dernier.

Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle car le rebond annoncé de l’économie pour cette année et l’an prochain va mécaniquement faire repartir consommation d’énergie et émissions.

Sans compter que, faute de renforcer les politiques de lutte contre le réchauffement, les nouveaux objectifs européens fixés pour 2030 – en particulier une baisse de 55% des émissions de GES par rapport à 1990 – paraissent très ambitieux.

Mais dans ces domaines, les performances des pays de l’Union diffèrent sensiblement.

Emissions : les progrès laborieux de l’Allemagne

Il faut considérer chaque critère. En matière d’émissions de GES, les pays scandinaves et l’Europe du Sud – Italie et Espagne – avaient nettement dépassé, dès 2018, leurs objectifs 2020.

La France était également globalement « dans les clous » même si ses progrès annuels étaient insuffisants.

L’Allemagne, en revanche, peinait à respecter ses engagements avec le retour au charbon engendré par la sortie du nucléaire.

Quant aux Pays-Bas, ils n’avaient presqu’aucune chance de respecter leurs engagements s’ils n’avaient pas été mis en demeure par la justice de réduire leurs émissions.

Economies d’énergie : France et Bénélux à la peine

Avant le Covid, la consommation d’énergie avait été réduite de façon assez spectaculaire au Royaume-Uni et en Italie tandis que l’Allemagne était proche de ses objectifs.

Mais, en 2019, la France n’avait fait que les deux-tiers du chemin et d’autres pays accusaient également un retard comme les Pays-Bas, la Belgique et même la Suède. Partout, la situation s’est évidemment redressée en 2020.

Renouvelables : l’Hexagone en échec

Le critère des énergies renouvelables est très intéressant puisqu’à la différence des deux autres, il a peu été impacté par la pandémie.

En 2019, Suède et Danemark se détachaient du lot en dépassant nettement leurs objectifs 2020 avec des parts respectives dans la consommation d’énergie de 56 et 37% du total. Objectif également atteint pour l’Italie et pratiquement atteint en Allemagne et Espagne.

Deux mauvais élèves en revanche : les Pays-Bas une fois encore et la France qui, avec une part d’énergie renouvelable dépassant à peine les 17% en 2019, n’a aucune chance d’atteindre son objectif de 23% en 2020.

Globalement, l’Italie est en pointe

En résumé, la France, que le tribunal administratif vient, comme les Pays-Bas, de condamner pour non-respect de ses engagement climatiques, affiche des résultats plus que mitigés.

Mais la lanterne rouge européenne est sans conteste les Pays-Bas qui, avant le Covid, ne respectaient aucun critère.

Enfin, nation que l’on n’attendait pas forcément sur ces questions, l’Italie apparait comme le bon élève de la classe européenne dans tous les domaines de la lutte contre le réchauffement.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays