Syndicate content

Soulagement européen : l’armée russe se retire de la frontière ukrainienne

vendredi, 23 avril, 2021 - 10:37

La guerre n'aura pas lieu cette fois, mais les menaces répétées de Moscou à la frontière ukrainienne ne peuvent que déstabiliser davantage la région.

Depuis plusieurs semaines, la tension était à son maximum avec l’arrivée de troupes importantes – jusqu’à 150.000 soldats – près de la frontière avec le Dombass ukrainien et en Crimée. Pour Moscou, il s’agissait de simples manoeuvres, mais la communauté internationale redoutait un conflit majeur aux portes de l’Europe. Car les déclarations du Kremlin se montraient menaçantes alors que les sujets de conflit avec l’Ouest se multiplient, comme le sort de l’opposant Alexeï Navalny, dont la santé en colonie pénitentiaire s’est fortement dégradée.

Les chefs d’Etat comme Joe Biden, Emmanuel Macron, Angela Merkel ont appelé Vladimir Poutine pour lui demander de faire rentrer ses troupes et le coup de bluff de ce dernier a fonctionné. Lors de son adresse annuelle à la Nation, le président russe n’a pas abordé les sujets diplomatiques actuels, mais a adressé un avertissement : toute atteinte du pouvoir russe sera “asymétrique, rapide et dure”. “Les organisateurs de la moindre provocation qui menaceraient les intérêts profonds de notre sécurité, le regretteront comme ils ne l’ont pas regretté depuis longtemps” a-t-il prévenu.

Une situation toujours volatile

Le retour des troupes, qui commence ce vendredi, est un soulagement pour l’Ukraine et l’Europe, mais aussi pour l’Otan. Pourtant les velléités de Poutine restent plus que jamais réelles et le rapport de force reste en sa faveur. “Même si la guerre aujourd’hui paraît invraisemblable, elle reste un horizon possible pour toutes les parties. Des militaires ne s’exercent pas de manière abstraite avec des scénarios fantastiques. Ils ne se préparent pas par exemple à une descente de Martiens. Donc, pour les militaires, tous les scénarios sont envisagés de manière réaliste” a résumé Dimitri Trenin, directeur du centre Carnegie de Moscou.

La confrontation armée avec l’Ukraine reste un des nombreux sujets brûlants qui posent la Russie et le monde occidental, avec au centre le leadership du nouveau Président américain, Joe Biden, dont la politique internationale se dessine lentement, confrontée à d’autres problèmes comme la pandémie de Covid.


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays