Syndicate content

Variant indien : l’OMS appelle à la prudence

dimanche, 2 mai, 2021 - 09:52

La saison des vacances approche et l'irruption du variant indien pourrait être la cause d'une nouvelle vague, surtout dans les pays, comme la France, où la couverture vaccinale prend du retard.

La situation sanitaire et épidémique en Inde est extrêmement préoccupante pour l’Europe, au moment où les restrictions s’allègent dans plusieurs pays. Pour le Dr. Hans Kluge, directeur régional de l’Organisation mondiale pour la santé (OMS) en Europe, “Il est très important de réaliser que la situation de l’Inde peut se produire n’importe où  le virus est toujours un énorme défi partout. Lorsque les mesures de protection individuelle sont relâchées, lorsqu’il y a des rassemblements de masse, lorsqu’il y a des variants plus contagieux et que la couverture vaccinale est encore faible, cela peut créer une tempête parfaite dans n’importe quel pays”.

Plusieurs pays européens ont déjà pris des mesures. Les mises en quarantaine des voyageurs arrivant d’Inde sont désormais imposées par la plupart des Etats membres de l’UE. L’Italie interdit l’entrée sur son territoire aux personnes venant d’Inde, mais elle n’a pas suspendu les vols afin de faciliter le retour des habitants qui y vivent. Dans un avion arrivé à Rome mercredi dernier, 10% des voyageurs ont été testés positifs au Covid-19. Plusieurs cas ont été signalés en Allemagne, en Belgique et en Suisse.

Le Royaume-Uni est le pays avec le plus grand nombre de contaminations au variant B.1.617, avec 193 cas à la date de 29 avril. Mais aussi 202 cas d’un autre variant indien, le B.1.6172 et 5 cas d’un troisième variant, le B.1.6173. “Le variant indien est en train de devenir le variant le plus identifié au Royaume-Uni en dehors du variant du Kent (ou variant anglais) en l’espace de quelques semaines” a déclaré Christina Pagel, virologue à l’Imperial College.

Le D. Susan Hopkins, directrice la stratégie Covid au ministère de la santé, relativise cette progression : “Il n’y a pour l’instant pas de preuve que ces variants se répandent dans les communautés, qu’il entraînent des formes plus graves de la maladie, ou qu’ils échappent en partie aux vaccins”.

La situation en France

Les premiers cas du variant indien ont été signalés en Guadeloupe, puis en Nouvelle-Aquitaine et dans les Bouches-du-Rhône. Dans l’hexagone, l’écrasante majorité des cas positifs concernent toujours le variant britannique (80%). Et tous les voyageurs venant d’Inde sont désormais contraints à un isolement de dix jours. Si ce variant indien est en très petite quantité en France, pour l’infectiologue Karine Lacombe,  “C’est évident que ce variant va arriver, c’est une question de jours et il est probablement déjà en France”.

Ce variant indien semblerait être plus résistant aux vaccins, à cause de la double mutation de la souche du virus. Pour l’épidémiologiste Catherine Hill, cela ne veut pas dire que la vaccination moins efficace : “Pour l’instant, on constate que les vaccins protègent contre les variants. Il y a juste AstraZenea qui s’est montré un peu moins efficace sur le variant sud-africain”.


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays