Syndicate content

Le prix du gaz s’envole en Europe

mercredi, 18 août, 2021 - 15:43

Il faut remonter à 2008 pour trouver des cours aussi élevés sur le marché européen. La reprise économique dope les prix à la hausse, La Russie préparant la mise en fonction du gazoduc Nord Stream 2.

L’Europe dépend à 40% du gaz naturel en provenance de Russie et plusieurs facteurs expliquent une hausse du prix qui va fortement impacter les particuliers, les entreprises et les centrales électriques. Les tarifs avaient momentanément baissé au début de la crise sanitaire et en juillet 2020, à cause d’une demande moindre. Depuis, les prix ont augmenté de 10% en juillet dernier et une nouvelle hausse de 5,3% a été annoncée par Engie. “Cette hausse est de 1,6% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 3,3% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 5,5% pour les foyers qui se chauffent au gaz”, selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE). En tout, cette hausse est de 6,5% depuis le 1er janvier 2019.

Ces progressions du prix répondent à la forte demande pour les stockages européens qui se sont réduits à cause de la consommation hivernale et qui n’ont pas été renouvelés au printemps. De plus, les quotas d’émission de CO2, le prix du charbon et les opérations de maintenance en mer du Nord ont ont entraîné des coûts supplémentaires, alors que la Norvège a réduit ses exportations en Europe.

La Russie utilise le gaz comme pression politique

Avec la reprise économique post-Covid, notamment en Chine et en Europe, mais aussi au Brésil et en Turquie, la demande est forte pour les industries très énergivores (papeterie, chimie, automobile, aluminium, agroalimentaire, sidérurgie), qui absorbent les trois quart de la production mondiale de méthane. Le gaz sera sûrement l’énergie-clé de la transition énergétique des vingt prochaines années. Pour répondre au réchauffement global, la planète doit consommer moins de pétrole, mais le gaz est aussi une énergie fossile.

Enfin, le géant russe Gazprom a réduit ses livraisons vers l’Europe et cherche à renchérir les opérations de stockage, qui ont livrées mi-mai à mi-septembre. C’est que les derniers kilomètres du gazoduc Nord stream 2, détenu en totalité par Gazprom, doivent être achevés à l’automne, avec une entrée en service à la fin de l’année. Selon Marc-Antoine Eyl Mazzega, directeur du centre énergie et climat de l’Ifri, la Russie fait pression sur la consommation européenne : “En retenant volume, leur intérêt est de remplir Nord Stream 2 lorsqu’il sera opérationnel”. Et le Vieux continent a peu d’alternatives, ce qui inquiète l’Allemagne. “L’Europe est en pleine réflexion sur le déploiement de sa stratégie hydrogène. La stratégie de Gazprom renforce les incertitudes sur la viabilité de sa production partir de gaz naturel bon marché”.


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays