Syndicate content

Kaboul : l’Europe impuissante face à l’urgence

mercredi, 25 août, 2021 - 12:06

La catastrophe humanitaire à Kaboul ne pourra pas être réduite avant la date butoir du 31 août, ce qui fragilise l'entente entre Washington et Londres. L'Otan et l'Europe sont impuissants.

Après une semaine de préparation, le G7 s’est réuni ce mardi en sommet virtuel pour tenter de coordonner l’évacuation de milliers de personnes à l’aéroport de Kaboul. Mais les pays européens sont dans l’incapacité de faciliter l’accueil de ces réfugiés, puisque la période d’évacuation doit se terminer au 31 août, date négociée entre les Etats-Unis et les talibans. De fait, l’Europe et l’Otan se trouvent écartés de la coordination américaine, débordée sur place.

L’UE ne peut qu’espérer que ce délai trop court puisse être prolongé, sans aucune garantie que Joe Biden puisse garantir la présence des soldats américains au-delà de la date fatidique.  Lors d’une conférence commune, Charles Michel, président du conseil européen, et Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, ont appelé à sécuriser “aussi longtemps que nécessaire” l’aéroport de Kaboul pour “achever” les opérations d’évacuation d’Afghans jugés en danger, ainsi que leurs familles.

Les relations entre Londres et Washington mises à mal

Une grande partie de la population afghane se sent trahie par les Etats-Unis et par leurs partenaires dans le pays, dont l’allié traditionnel, le Royaume-Uni. Depuis une semaine, les médias britanniques fustigent l’absence du ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, qui se trouvait en vacances dans un hôtel cinq étoiles en Crête au début de la crise. “Il refusait d’être contacté pour quoi que ce soit” assure une source diplomatique. “Ne pas rentrer plus tôt a été sa plus grosse erreur” juge un ministre de son camp. L’opposition demande depuis sa démission, mais le Premier ministre Boris Johnson lui a renouvelé sa confiance.

Mais c’est la politique atlantique pro-américaine de Londres qui est désormais critiquée l’international et le manque de concertation entre les deux pays qui n’ont pas anticipé la victoire rapide des talibans. Même l’ex-Première ministre conservatrice Theresa May s’est interrogée : “Avons nous si mal appréhendé le gouvernement afghan ? Notre connaissance de la situation sur le terrain était-elle si erronée ?” Ou avons nous simplement eu le sentiment que nous devions suivre les Etats-Unis en espérant que, par miracle, tout serait réglé en une nuit ?”

Environ 16.000 personnes ont été évacuées d’Afghanistan via l’aéroport de Kaboul pendant la journée de lundi, selon le Pentagone. En tout, 42.000 personnes ont pu quitter le pays depuis juillet, dont 37.000 depuis que les évacuations aériennes se sont intensifiées depuis le 14 août, veille de la prise de Kaboul par les talibans.


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays