Syndicate content

Record de chaleur depuis 7 ans à travers le monde

mercredi, 12 janvier, 2022 - 13:43

Les années se suivent et les records de chaleur se multiplient à travers le monde, l'Europe étant aussi touchée, malgré un été plus pluvieux que les années précédentes.

Comme chaque année, les études se suivent et confirment la hausse des températures à travers le monde. Selon l’agence européenne de surveillance climatique, Copernicus, les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées en moyenne sur la planète et l’année 2021 se place comme la cinquième année la plus chaude de l’histoire. 2021 a aussi été le plus chaud jamais enregistré en Europe, avec +O,3°C par rapport aux vingt dernières années. En Sicile, une pointe à 48,8°C a été enregistrée. Et même si le mois de juillet a été pluvieux, cela s’est traduit par de graves inondations, surtout en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg et aux Pays-Bas, qui ont marqué la population et les pouvoirs publics.

Au niveau global, la chaleur a frappé le Canada, la Sibérie et les Etats-Unis avec des incendies qui ont généré d’immenses émissions de carbone, de l’ordre de 1850 mégatonnes. Mais 2021 ne bat pas les records de l’année précédente, ex aequo avec 2016. Et la France a été relativement épargnée car le printemps et l’été ont été particulièrement arrosés et frais, avec des orages nombreux. Selon Météo France, les températures en métropole ont été 0,2°C supérieures à la moyenne des années 1981-2010, ce qui classe l’année 2021 à la 20e place des années les plus chaudes depuis 1900. La chaleur a donc été moins ressentie que dans d’autres pays.

Les océans aussi

Plus inquiétant encore, la persistance du réchauffement des océans qui absorbent 30% des émussions de dioxyde de carbone et 93% de la chaleur excédentaire causée par le réchauffement climatique. Et ce, malgré la présence du phénomène La Niña – une anomalie thermique des eaux de surface du Pacifique équatorial, qui diminue la température globale de la planète. Sur le long terme, le réchauffement touche plus fortement les océans Atlantique et Austral, mais le Pacifique Nord a connu une augmentation « spectaculaire » de la chaleur depuis 1990 et la Méditerranée a enregistré un record de température l’an dernier.

« Le contenu thermique des océans [la chaleur accumulée par les eaux] augmente sans cesse, à l’échelle mondiale, et il s’agit d’un indicateur primaire du changement climatique induit par l’homme », fait savoir l’un des auteurs de l’étude, Kevin Trenberth, chercheur au National Center for Atmospheric Research du Colorado (Etats-Unis). Et ces changements présentent un grand risque de modification  structurelle des océans : « La structure de l’océan est en train de changer, explique Jean-Baptiste Sallée, océanographe au CNRS. On observe un découplage de plus en plus important entre la couche de surface de l’océan et les profondeurs. »

 


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays