Syndicate content

Le bras de fer entre l’UE et la Pologne persiste

vendredi, 21 janvier, 2022 - 15:25

Les sujets de tension entre Varsovie et l'Europe ne semblent pas se diriger vers une vraie négociation et Bruxelles décide de durcir le ton avec des amendes importantes.

Depuis le 22 décembre dernier, la Commission européenne a lancé une procédure d’infraction dans l’affaire qui envenime les relations entre l’UE et la Pologne, toujours sur le sujet de la primauté du droit européen. Après des mois de pression, la Commission estime que le Tribunal constitutionnel polonais ne répond plus aux exigences d’indépendance à l’égard du pouvoir législatif. Varsovie avait deux mois pour réagir, mais le Premier ministre polonais a encore une fois rejeté les accusations.

Il y a deux jours, le conflit a pris une autre tournure avec la menace de l’UE d’imposer des amendes qui pourraient s’élever à 45 millions d’euros par mois si le gouvernement polonais n’obtempère pas. Cette somme serait prélevée sur les fonds communautaires alloués à Varsovie, en fonction du montant à verser chaque mois. C’est la première fois dans l’histoire de l’UE qu’un État membre se verrait ponctionné à la source pour non-respect des arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Dans les semaines à venir, la Commission devrait déduire une amende mensuelle de 15 millions d’euros des dotations budgétaires à la Pologne. Cela fait suite au refus de Varsovie de payer une astreinte journalière de 500 000 euros pour avoir maintenu ouverte la centrale électrique de Turow alimentée par une mine de charbon.

Situation bloquée sur de nombreux sujets

L’affaire de la chambre disciplinaire s’ajoute à de nombreux sujets conflictuels comme les flux migratoires entre la Pologne et ses voisins, les restrictions sur l’avortement ou la politique anti-LGBT du gouvernement de Mateusz Morawiecki, le premier ministre du parti au pouvoir, PiS (Droit et Justice). Après les zones décrétées « sans idéologie LGBT » dans plusieurs villes polonaises, l’année dernière, l’association ILGA, dans son rapport pour l’année 2021, a classé la Pologne parmi les pires pays européens sur les questions LGBT. Et pourtant, une étude menée par une association polonaise, Love Does Not Exclude, qui travaille sur le mariage pour tous, a permis de découvrir qu’une majorité de Polonais sont en faveur du mariage gay et des familles LGBT.

56% des Polonais sont pour le pariage pour tous, et 65% pour le droit parental pour les couples de même sexe. La position des Polonais sur ces questions, comme sur l’Europe, est donc beaucoup plus tolérante que le gouvernement polonais. En décembre dernier, une étude a révélé que le nombre de personnes LGBT souffrant de dépression à cause des mesures contre leurs droits a doublé entre 2017 et 2020.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays