Syndicate content

Covid : la croissance mondiale toujours affectée

jeudi, 27 janvier, 2022 - 14:28

Deux années après l'apparition du Covid, la pandémie freine toujours la croissance mondiale et les programmes de vaccination dans les pays émergents sont toujours en retard. Ce désintérêt de la communauté internationale s'avère délétère alors que l'économie mondiale est vue légèrement à la baisse par le FMI.

Dans une mise à jour de ses prévisions, le Fonds monétaire mondial (FMI) a revu à la baisse ses annonces de croissance par rapport à ses pronostics de juillet dernier. Et le Covid-19 est toujours la principale raison de ces signes de faiblesse, car la vaccination reste inégale dans le monde et continue d’être un frein à la croissance et l’emploi. Selon Gita Gopinath, l’économiste en chef du FMI, « la pandémie n’est terminée nulle part tant qu’elle n’est pas achevée partout ». La hausse du PIB mondial devrait être de 4,4% cette année, soit un demi-point en dessous des dernières estimations. Si cette révision est « marginale », « elle masque cependant d’importantes révisions pour certains pays » et « les perspectives pour les pays à faible revenu se sont considérablement assombries ».

La Chine devrait rester le moteur de l’économie globale avec une augmentation de 8% de son PIB, ainsi que l’Inde (+9,5%). Les Etats-Unis devraient rester la première puissance mondiale malgré une inflation qui devrait régresser d’ici le milieu de 2022, à la fois dans les économies avancées et émergentes. La région du Moyen-Orient et l’Asie centrale sont épargnées par le tassement, ainsi qu’une poignée de pays dont le Japon et l’Argentine.

L’Europe également touchée

La zone euro enregistrait une croissance de 3,9% cette année, soit 0,4% de moins qu’auparavant. La révision à la baisse est de 0,4% à 3,5% pour la France et de 0,8% à 3,8% pour l’Allemagne. Ces baisses ne sont pas seulement causées par la vague Omicron, dont les effets devraient s’estomper à partir du deuxième trimestre. Mais les marchés sont toujours ralentis par les perturbations des chaînes d’approvisionnement, une inflation qui inquiète et la dette record qui affecte de nombreux Etats.

Les efforts de vaccination doivent se poursuivre et sont la clé pour une reprise mondiale. « Au début de cette troisième année de pandémie, 5,5 millions de personnes ont été tuées et les pertes économiques qui en découlent, si on les compare aux prévisions antérieures au Covid, devraient s’élever à près de 13 800 milliards de dollars jusqu’en 2024″ ajoute Gita Gopinath. Environ 58% de la population des économies avancées a été entièrement vaccinée, contre 36% dans les économies émergentes et moins de 5% dans les pays pauvres.


Mots clés
, , ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays