Syndicate content

L’Europe va investir lourdement en Afrique

dimanche, 13 février, 2022 - 10:58

600 millions d'Africains n'ont toujours pas accès à l'électricité. Cet investissement européen est surtout politique, face à la Chine, mais s'adressera aux populations avec une priorité pour les énergies renouvelables, la réduction des risques de catastrophe naturelle, l'accès des Africains aux réseaux internet, aux transports, à la production de vaccins ou à l'éducation.

Face aux nombreux défis du continent africain, chroniquement affaibli par l’incertitude politique, la pandémie de Covid, le terrorisme, la corruption et la pauvreté, l’Union européenne promet d’y investir plus de 150 milliards d’euros d’ici la fin de la décennie. « Aujourd’hui, je suis fière d’annoncer plus de 150 milliards d’euros par le programme Afrique-Europe ; c’est le tout premier plan régional sous Global Gateway », a annoncé la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen à Dakar. Global Gateway est un vaste programme européen lancé en décembre dernier, censé mobiliser jusqu’à 300 milliards d’euros de fonds publics et privés d’ici 2027 pour des projets d’infrastructures à travers le monde, en réponse aux « Nouvelles routes de la soie » de la Chine, qui investit aussi en Afrique.

Les fonds iront aux énergies renouvelables, à la réduction des risques de catastrophe naturelle, à l’accès des Africains aux réseaux internet, aux transports, à la production de vaccins ou à l’éducation. Cette annonce précède le sommet Union européenne – Union africaine des 17 et 18 février prochains, à Bruxelles. Le chef de l’Etat sénégalais assume depuis peu la présidence de l’Union africaine.

Concurrencer la Chine et la Russie

Le Continent africain bénéficie d’importants investissements de la part de la Chine, dans l’agriculture, les infrastructures et l’industrie. La Russie et la Turquie s’engagent aussi, mais cet « impérialisme » économique ne profite pas nécessairement aux populations locales et la protection de l’environnement ou des droits humains sont rarement respectés. De son côté, l’Europe cherche à investir d’une manière plus durable : pour Ursula von der Leyen, Global Gateway est ancré dans « les valeurs auxquelles l’Europe et l’Afrique sont attachées, comme la transparence, la durabilité, la bonne gouvernance et le souci du bien-être des populations ». L’Europe constate que les investissements étrangers en Afrique ont « trop souvent des coûts cachés, des coûts financiers, politiques, environnementaux et sociaux, parfois très lourds ». Elle déplore les liens de « dépendance » qu’ils pouvaient établir, possible allusion à la dette contractée auprès des bailleurs chinois.

Toutefois, le Sénégal espère développer l’exploitation de champs de gaz et de pétrole découverts dans l’Atlantique. Les premiers barils devraient être produits en 2024. Le président Sénégalais, Macky Sall, a rappelé son attachement à la lutte contre le réchauffement climatique, mais également le maintien du financement sur le gaz pour soutenir l’industrialisation de l’Afrique et l’accès universel à l’électricité, puisque plus de 600 millions d’Africains restent encore privés d’électricité.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays