Syndicate content

L’Europe veut une économie plus circulaire

vendredi, 1 avril, 2022 - 11:12

La Commission européenne cherche à développer l’économie circulaire afin de réduire les dépenses, la dépendance des énergies en développant des produits conçus d’une manière plus écologique et durable. Récupérer, réutiliser et réparer, sont les slogans d’un paquet de mesures dont un QR code « qui apportera les réponses à toutes les questions sur la recyclabilité, les composés recyclés utilisés pour produire le bien, sur la durabilité, sur les possibilités de réparer », explique le Commissaire européen en charge de l’Environnement Virginijus Sinkevičius. Même son de cloche de la part de Frans Timmermans, le vice-président de la Commission chargée du Green Deal (le Pacte vert) : « Il faut de grands changements dans la manière dont nous produisons et consommons. Nous devons avoir des produits durables, recyclables, réparables et fabriqués dans cette optique. C’est bon pour le climat, pour les économies d’énergie, pour les consommateurs et c’est l’avenir de notre économie »

Une bonne attention, mais limitée

Alors que tous les pays font face à une augmentation des prix des énergies et que l’inflation progresse, l’urgence actuelle risque de réduire ces projets à une bonne intention. Exemple avec l’industrie du textile, particulièrement polluante, qui favorise les achats impulsifs et qui s’usent vite : « Seulement 1% du textile mondial est recyclé. Le reste est brûlé ou remplit les décharges. C’est bien que la Commission se penche sur le problème du textile. Mais je suis déçue par le fait qu’il s’agisse seulement d’une stratégie. Cela veut dire qu’il n’y a pas d’obligation légale », regrette l’eurodéputée Anna Cavazzini (les Verts), présidente de la commission du Marché intérieur.

La crise du Covid, la guerre en Ukraine et la flambée des prix mettent en péril l’objectif de neutralité carbone en Europe d’ici 2050. Les importations de gaz en provenance des États-Unis favorisent l’exploitation du gaz de schiste, très néfaste pour les populations et les sols. « Il va nous falloir consommer mieux et moins », insiste Didier Reynders, le commissaire à la justice. Si les esprits évoluent face au changement climatique, les centrales à charbon fonctionnent toujours à plein régime pour produire de l’électricité. Et l’incertitude subsiste sur les possibilités du Continent à remplacer ses importations en provenance de Russie.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays