Syndicate content

Pénurie de traitements pour les personnes séropositives en Ukraine

mardi, 19 avril, 2022 - 11:33

Avec des millions de personnes déplacées et les structures de soin souvent détruites, la population séropositive d'Ukraine fait face à des pénuries de traitements antirétroviraux, tout comme les millions de personnes âgées ou non, qui vivent avec des maladies chroniques..

Le conflit en Ukraine fragilise des centaines de milliers de personnes ayant des maladies chroniques, dont le VIH / sida. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime qu’il y a eu 82 attaques distinctes contre des hôpitaux, des ambulances et des médecins en Ukraine depuis le début de la guerre, tuant 72 personnes et blessant au moins 43 personnes. Près de 50 % des pharmacies ukrainiennes sont potentiellement fermées et nombre de professionnels-les de santé sont déplacés-es ou incapables de travailler. « Avant l’éclatement de la guerre, l’Onusida estimait à 260.000 le nombre de personnes séropositives en Ukraine, dont 152.000 qui prenaient quotidiennement des médicaments contre le VIH. Sans accès aux médicaments antirétroviraux, les personnes vivant avec le VIH mourront », selon Winnie Byanyima, directrice exécutive de l’Onusida. Mais il n’existe aucune donnée précise sur les mouvements de personnes séropositives qui ont déjà quitté le pays.

La situation est urgente car l’état de santé des personnes séropositives, sans traitement, peut rapidement se détériorer. Et ces personnes deviennent à nouveau contaminantes. Plusieurs organisations internationales onusiennes (Onusida, OMS, Unicef…) ou non (Usaid, le plan Pepfar et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme) se sont associées pour fournir aux personnes séropositives en Ukraine des médicaments pour douze mois. Une livraison de 209.000 traitements antirétroviraux pour 90 jours est arrivée à Lviv, en Ukraine. Mais la distribution dans le pays risque d’être difficile, en particulier dans les zones de conflit.

Des personnes LGBT engagées dans le conflit

Malgré une situation sociale souvent homophobe au sein de l’armée ukrainienne, des groupes d’activistes LGBT se sont engagés aux côté des forces armées afin de défendre leur pays et de tenter de faire baisser le préjudice contre les minorités. « Nous sommes sur les lignes de conflit. Nous ne sommes pas partis. Nous ne nous cachons pas. Nous nous défendons » a déclaré à Euronews Anastasia, une lesbienne qui s’est engagée. « C’est aussi une question de liberté car les Russes arriveront ici. Et s’ils arrivent, ils nous arrêteront et nous tueront. Une situation déjà décrite dans la célèbre série télévisée « Years & Years« .


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays