Syndicate content

La Finlande et la Suède tentées par l’Otan

mercredi, 20 avril, 2022 - 14:20

Moscou a envahi l'Ukraine précisément pour empêcher un rapprochement de Kiev avec l'Otan. Alors que le conflit s'éternise et entame sa période décisive dans l'est et le sud du pays, les voisins de la Russie semblent se rapprocher de l'Alliance atlantique, ce qui mettrait fin à leur neutralité et bouleverserait l'équilibre de l'Europe.

Historiquement non-alignés, les deux pays sont confrontés à la Russie à cause de leur proximité et, depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, l’opinion publique semble basculer vers un rapprochement avec l’Otan. Signe évident de ce changement, l’extrême droite suédoise, farouchement contre l’Alliance atlantique, a fait volte-face depuis le 9 avril dernier, quand son leader, Jimmie Akesson, s’est exprimé en faveur d’un rapprochement avec la Finlande pour se défendre contre le géant russe. Quelques jours plus tard, le 15 avril, Moscou a lancé un avertissement aux deux pays, des « conséquences » seraient à prévoir. La porte-parole du ministère des affaires étrangères russe, Maria Zakharova, a insisté : “Être membre de l’Otan ne peut renforcer leur sécurité nationale. De facto, (la Finlande et la Suède) seront la première ligne de l’Otan”. Si c’était le cas, la Russie renforcerait ses moyens militaires, notamment nucléaires, en mer Baltique et près de la Scandinavie.

Menace nucléaire er enjeu militaire

Les Russes savent que si la Finlande rejoint l’Otan, les frontières de l’Alliance avec la Russie doubleraient. « Et ces frontières, il faudra les défendre » a déclaré le numéro deux du Conseil de sécurité russe. “Dans ce cas, il ne pourra être question d’une Baltique non-nucléaire”, a-t-il ajouté. Il évoque également des déploiements d’infanterie et de systèmes anti-aériens dans le Nord-Ouest de la Russie et des forces navales dans le golfe de Finlande.

Le ministre finlandais des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, a expliqué à l’AFP qu’il souhaite anticiper les éventuels risques futurs qu’encourt son pays face à la Russie, notamment face aux armes nucléaires tactiques et chimiques ». Pour la Première ministre finlandaise, l’adhésion de son pays à l’Otan pourrait se décider « dans les semaines à venir ». Du côté de la Suède, la Première ministre Magdalena Andersson a déclaré que “compte tenu de cette situation, nous devons vraiment réfléchir à ce qui est le mieux pour la Suède, notre sécurité et notre paix dans cette situation nouvelle.” 


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays