Syndicate content

Revirement européen sur les zones maritimes protégées

vendredi, 6 mai, 2022 - 10:35

Les aires maritimes protégées subiront encore la présence de chalutiers, une méthode de pêche particulièrement destructrice. L'amendement a été poussé par un eurodéputé macroniste, ce qui contredit les ambitions d'Emmanuel Macron pour l'environnement.

Alors que les critiques se font de plus en plus pressentes pour contrôler les prises de dauphins et autres espèces protégées par les chalutiers, le Parlement européen a raté une occasion de mieux protéger les océans et leur biodiversité. En février dernier, une dizaine de cadavres de dauphins ont été trouvés sur les plages de Loire-Atlantique, victimes des filets de pêche. Une telle hécatombe à cette période de l’année est devenue une habitude depuis quatre à cinq ans.

Les zones maritimes protégées, qui devraient représenter 30% des océans en 2030, sont pour l’heure très peu ou pas soumises à des restrictions et la pêche industrielle y est autorisée. L’espoir était grand chez les Verts de voir l’interdiction du chalutage, quand l’eurodéputée belge Caroline Roose a tenté de faire accepter un amendement restrictif, poussé en France par l’association Bloom et soutenu par les Amis de la terre, France nature Environnement et quelques scientifiques.

Cet amendement a été contré par un autre, celui de l’eurodéputé macroniste Pierre Karleskind, du groupe centriste Renew Europe et président de la Commission Pech du parlement. Et les eurodéputés ont voté en majorité pour cet amendement (319 pour, 280 contre et 35 abstentions). La droite et l’extrême droite ont voté en faveur du texte, les Verts et la gauche s’y sont opposés.

Le poids des lobbys

Pour de nombreuses raisons, la pêche européenne peine à assurer le marché du poisson, avec des prises moins nombreuses et des prix élevés. La crise économique fait bondir les frais des pêcheurs, notamment le prix du pétrole. Mais les ressources s’épuisent aussi, et les chalutiers, avec leurs immenses filets, raclent les fonds marins. « Triste journée : une majorité de député-e-s allant des libéraux à l’extrême droite a voté l’amendement » a twitté Caroline Rosse.

«Les conservateurs et une partie des libéraux se rangent du côté des lobbies de la pêche industrielle plutôt que des océans et du climat», a dénoncé l’eurodéputée française Marie Toussaint. «C’est un véritable désastre pour le climat et la biodiversité», s’est aussi désolée Claire Nouvian sur Twitter. Et d’ajouter : «C’est clair, Emmanuel Macron : votre «nation écologique» est une imposture».


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays