Syndicate content

L’Europe touchée par la progression du trafic de cocaïne

jeudi, 12 mai, 2022 - 06:51

Le continent est une des principales destinations de la cocaïne, mais l'Europe devient désormais un centre de production et une plaque-tournante du traffic vers d'autres parties du monde.

Certains disent que les Pays-Bas sont déjà devenus un narco-Etat. Les ports du pays sont une des principales entrées du traffic de la cocaïne, mais la Belgique est désormais fortement affectée selon les agences de l’Union européenne : les plus grandes saisies y ont été faites en 2020, soit 70 tonnes, principalement à partir du port d’Anvers. C’est beaucoup plus qu’aux pays-Bas (49 tonnes), l’Espagne (37 tonnes), l’Italie (13,4 tonnes) et la France (13,1 tonnes). Les ports d’Allemagne sont aussi concernés avec une prise record de 23 tonnes à Hambourg en février dernier.

La Belgique est aussi, avec les Pays-Bas et l’Espagne, un des pays principaux pour le traitement de la pâte de coca, selon un rapport publié par Europol et l’EMCDDA, l’agence anti-drogue de l’UE. L’Afrique devient une passerelle importante : à la fin du mois d’avril, deux tonnes ont été saisies en Côte d’Ivoire, dans les villes côtières d’Abidjan et de San Pedro.

La route de la cocaïne vers l’Europe est donc de plus en plus diversifiée, avec une augmentation de la production en Amérique du Sud, mais aussi elle est désormais complétée par la multiplication d’installations de production en Europe même. Et la consommation de nouvelles formes de cocaïne à fumer pourrait aggraver la situation. La cocaïne est déjà la drogue la plus consommée sur le continent, après le cannabis, avec un chiffre d’affaires de 10,5 milliards d’euros en 2020. Mais ce qui est nouveau, c’est que l’Europe devient une plaque tournante du produit. La cocaïne est importée d’Amérique du Sud, puis exportée vers d’autres régions du monde, comme le Moyen-Orient et l’Asie.

Progression de la méthanphétamine

Le Crystal meth, autre nom de cette drogue, rendu populaire par la série « Breaking Bad », est historiquement produite en République tchèque et consommée en Europe de l’Est. Mais la consommation progresse régulièrement depuis 15 ans en Europe, comme au Royaume-Uni, chez les homosexuels notamment. Elle fait partie du cocktail des drogues récréatives et sexuelles, rassemblées sous le terme de « chemsex ». Hautement addictive, elle est devenue très répandue aux Etats-Unis, surtout dans les Etats ruraux, mais c’est aussi une drogue urbaine qui isole les consommateurs, avec des conséquences graves pour le travail ou la précarité. Les producteurs européens de métamphétamine s’allient de plus en plus à des organisations criminelles mexicaines pour améliorer les processus de production, précisent les agences de l’UE.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays