Syndicate content

Covid-19 : un cumul de décès sous-estimé

mercredi, 18 mai, 2022 - 13:21

Une nouvelle vague de Covid pourrait toucher l'Europe dès cet été. Pendant ce temps, les chiffres des cumuls de décès à travers le monde sont affinés et pourraient bien être beaucoup plus élevés que les 15 millions prévus. A elle seule, l'Inde a sous-estimé dix fois le nombre de morts.

Aux Etats-Unis, le nombre de décès causés par l’épidémie de Covid-19 vient de dépasser le million, selon le Johns Hopkins University Coronavirus Resource Center. Sur une population totale de 332,5 million, le taux de mortalité est un des plus élevés au monde, avec le Brésil. Le Covid y est aussi meurtrier que les maladies cardiaques, mais beaucoup plus que les overdoses de drogue qui sont fatales pour 100.000 personnes chaque année.

Alors que la Chine est toujours dans sa politique du « zéro Covid », bloquant de grandes villes, la Corée du Nord vient d’admettre que l’épidémie se propage à grande vitesse, avec plus de 500.000 personnes concernées. En France, les dernières mesures de protection ont été levées en début de semaine, il n’est donc plus obligé de porter le masque dans les transports publics. Après deux ans de pandémie, les chiffres comment à être mieux compilés, le nombre total de morts à travers le monde est estimé à 15 millions. Mais un cas illustre bien la sous-estimation du nombre de morts : c’est l’Inde. Le 5 mai dernier, le l’Organisation mondiale pour la santé (OMS) a révélé que le cumul des décès y serait de 4,7 millions, c’est-à-dire dix fois plus que les chiffres officiels qui sont de 520.000 personnes. L’Inde représenterait donc un tiers des décès mondiaux.

Un suivi épidémiologique influencé par les politiques nationales

L’Inde a beau considérer que l’OMS s’est « trompée de méthodologie », la sous-déclaration des épidémies est monnaie courante pour ne pas influencer des mouvements de protestation. Comme au Brésil, qui ne déclare que 600.000 décès du Covid, des milliers de personnes sont décédées parce qu’elles n’ont pas eu la possibilité d’accéder aux soins ou au matériel de protection. Les chiffres très élevés aux Etats-Unis sont le fait d’une disparité importante dans le système de santé et une population très polarisée politiquement. Moins des deux tiers des personnes s’affirmant Républicaines ont eu au moins une dose de vaccin, contre 91% des Démocrates. Sous le mandat de Donald Trump, mais partout ailleurs aussi, l’épidémie a surtout affecté les minorités ethniques et les pauvres.

Les pays qui ont le plus grand taux de décès par 100.000 habitants (Mexique, Afrique du Sud, Brésil, Russie, Inde et Etats-Unis) ont sous-évalué les chiffres pour des raisons politiques. Ainsi, la Russie ne déclare que 370.252 décès, une habitude pour ce pays qui sous-déclare grossièrement le nombre de personnes séropositives. Le Brésil cumule 665.215 décès, mais le président Bolsonaro fait déjà face à une procédure judiciaire pour mauvaise gestion de l’épidémie.


Mots clés
,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays