Syndicate content

L’Union européenne parvient à imposer un embargo sur le pétrole russe

mardi, 31 mai, 2022 - 13:54

C'est une victoire diplomatique pour le président ukrainien, et pour l'Union européenne, qui risquait de perdre une unité bien fragile face à certains pays qui dépendent entièrement de la production russe.

C’était peut-être la dernière chance pour s’accorder sur un sujet de la plus grande complexité. Lors du sommet consacré à l’aide à l’Ukraine à Bruxelles, les dirigeants de l’Union européenne sont parvenus à un compromis qui va réduire des deux tiers les importations pétrole russe d’ici la fin de l’année. Cet embargo concerne le pétrole importé par bateau et plus précisément sur le pétrole brut dans les six mois et les produits raffinés dans les huit mois. « Pour être très clair, il y a immédiatement un impact de 75% du pétrole russe qui est visé par cette mesure et cela veut donc dire qu’avant la fin de l’année près de 90% du pétrole russe qui est importé dans l’Union européenne sera visé par cette mesure. » a déclaré Charles Michel, président du conseil de l’UE.

Depuis plusieurs semaines, il semblait impossible de convaincre la Hongrie, qui dépend entièrement de la Russie pour son pétrole, via l’oléoduc Drouija, qui passe par l’Ukraine. Or, si cet oléoduc devait être fermé par Moscou, Budapest exige que son pays puisse être alimenté en pétrole par voie maritime.  Car la Hongrie, étant enclavée, sans accès à la mer, dépend, pour 65% de sa consommation, du pétrole offert par le pipe-line Drouija. Pour répondre à ce cas, l’UE promet que la capacité de l’oléoduc Adria, qui passe par la Croatrie, soit augmentée rapidement, avec des investissements qui ne sont pour l’instant pas chiffrés.

L’influence du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, semble avoir payante lors de son appel en visioconférence, lors de ce sommet de deux jours. Il avait insisté sur l’unité sur ce sujet : « Les querelles en Europe doivent cesser. L’Europe doit montrer sa force. Car la Russie ne comprend que l’argument de la force ».

Le 6ème paquet de sanctions

Cet embargo ne concerne toutefois pas le charbon, mais le 6ème paquet de sanctions prévoit l’exclusion de trois banques russes du système financier Swift, dont Sberbank, très implantée dans le pays. Une soixantaine de personnalités russes supplémentaires ont été ajoutées à la liste noire de l’UE et le sommet a approuvé l’octroi de 9 milliards d’euros à l’Ukraine pour couvrir ses besoins en liquidité. Kiev a chiffré ses moins à 5 milliards de dollars par mois.

Ursula von der Leyen, la présidente de l’Union européenne, a détaillé d’autres sanctions comme l’interdiction d’assurance et de réassurance des navires russes par les entreprises européennes, l’interdiction de fournir aux entreprises russes toute une série de services commerciaux et la suspension de la diffusion dans l’Union européenne de trois autres chaînes publiques russes.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays