Syndicate content

Les aéroports européens toujours affectés par des grèves de personnel

mardi, 9 août, 2022 - 11:19

Files interminables aux contrôles de sécurité, aéroports bondés, vols retardés voire annulés, grève des personnels. Et des hausses du prix des billets en raison de l'inflation. Le secteur aéronautique souffre toujours des restrictions d'effectif imposées par la baisse du traffic aérien lors de la crise du Covid.

La Crise du Covid a profondément altéré le fonctionnement des compagnies aériennes, mais le trafic aérien en Europe retrouve peu à peu un niveau comparable à ce qu’il était auparavant. Au cœur du mois de juillet, ce sont plus de 30.000 vols quotidiens qui ont traversé le ciel du continent (contre 35.000 vols à la même période en 2019). Mais des files très longues aux contrôles de sécurité ont affecté les départs des passagers au Royaume-Uni, à cause des conséquences du Brexit, alors que les aéroports sont bondés, ce qui a eu des répercutions dans d’autres aéroports. De plus, de nombreux vols ont été annulés par des grèves de personnel et les aéroports n’ont toujours pas retrouvé leur vitesse de croisière.

Les syndicats exigent de meilleures conditions de travail, ainsi que de nouvelles embauches. Pour les compagnies et les aéroports, les difficultés de recrutement se traduisent par un nombre réduit de guichets d’enregistrement et de lignes de contrôle de sûreté. La guerre en Ukraine a également un impact dans le secteur aérien. «Le coût du carburant représente 35 à 45 % du prix d’un billet pour un vol long-courrier, et 25 à 35 % pour un moyen et court-courrier»,  selon Didier Bréchemier, senior partner au cabinet Roland Berger, spécialiste du transport aérien. En France,  les prix des vols au départ du territoire, pour tous les types de trajets, ont augmenté de 19,4 % en mai par rapport au même mois de 2021, selon l’Association du transport aérien international (IATA).

Des grèves à répétition

Le manque de personnel en charge des bagages a provoqué le départ d’avions sans valises et des grèves se sont multipliées en Espagne, en Italie et au Royaume-Uni, en France aussi. Mais ce sont toutes les catégories de personnel qui sont touchés, du check-in au personnel de bord, jusqu’aux pilotes. En effet, parmi ces employés, nombreux sont ceux qui ont encore des « contrats Covid », qui ne payent pas les salariés à taux plein et qui risquent de durer jusqu’en 2024. Au Portugal, une grève a été annoncée du 19 au 21 août et concernera les aéroports de Lisbonne, Porto et Faro.

A la fin du mois de juillet, Lufthansa, le premier groupe européen de transport aérien, a annulé la quasi totalité de ses vols en Allemagne. Au total, 678 vols à Frankfort et 345 à Münick  : « Nous avons malheureusement dû annuler plus d’un millier de vol dans ces deux aéroports réunis. Ce qui signifie que bien plus de 100.000 personnes ne peuvent pas partir en vacances aujourd’hui. C’est vraiment une journée amère pour une compagnie aérienne, mais surtout pour les personnes qui voulaient partir en congé », déplore Martin Leutke, porte-parole de Lufthansa. En Espagne, la grève du personnel navigant de Ryanair, entamée fin juin, va se poursuivre jusqu’à janvier 2023, via des arrêts de travail réguliers de 24 heures, ont annoncé mercredi les deux syndicats à l’origine du mouvement.

 


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays