Syndicate content

Régularisations massives de sans-papiers en Espagne et en Allemagne

mercredi, 7 septembre, 2022 - 13:21

Dans plusieurs pays d'Europe, le manque de main-d'oeuvre et de salariés s'aggrave, et ceci depuis le début de la crise sanitaire. Alors que les politiques anti-migratoires se renforcent partout, deux pays ont décidé de faciliter l'émigration tout en régularisant massivement les sans-papiers.

Le marché du travail se tend partout, de nombreux salariés ont perdu leur travail depuis la crise du Covid, comme dans l’aviation, et les demandeurs d’emploi attendent des rémunérations indexées sur l’inflation grandissante. En Espagne, depuis fin juillet, l’Etat cherche à « reconnaître l’économie souterraine » en accordant des régularisations massives de sans-papiers. Il s’agit de faciliter l’accès au travail aux immigrés, même ceux déjà présents sur le territoire et se trouvant en situation irrégulière. Parmi eux, ceux qui sont établis en Espagne depuis plus de deux ans pourront être régularisés, et bénéficier de formations. Les démarches de regroupement familial seront simplifiées. De plus, les entreprises en agriculture, BTP ou tourisme, qui connaissent des pénuries de main-d’oeuvre, pourront facilement recruter des personnes étrangères depuis leur pays d’origine. Les étudiants étrangers pourront aussi accéder au marché du travail, jusqu’à 30 heures par semaine.

L’Allemagne suit le même modèle. Le pays est déjà parvenu à absorber plus d’un million de réfugiés lors de la grande vague migratoire de 2015. Cette fois-ci, le gouvernement a adopté un projet de loi visant à régulariser les sans-papiers demandeurs d’asile déboutés et restés sur le territoire. Pas moins de 130.000 personnes sont concernées par cette mesure.

En France, c’est tout le contraire

La France se trouve désormais prise en tenailles entre deux pays qui changent complètement leur politique en matière d’intégration, un au nord et l’autre au sud. La politique française en matière d’accueil est au point mort, l’immigration étant toujours un sujet hautement conflictuel. Les manifestations de sans-papiers sont ignorées par les autorités, la situation est grave pour les migrants aux frontières du pays, peu de générosité pour les réfugiés qui tentent la traversée de la Méditerranée, encore moins pour les mineurs qui dorment dans les rues de Paris et des grandes villes, il n’ a pas d’amélioration en vue. Depuis la circulaire « Valls » de 2012, les demandes de régularisation sont laissées à l’appréciation des préfets. Et les procédures sont longues, dissuasives.

La politique hexagonale, sur ce sujet, est surtout répressive. Les expulsions d’étrangers se poursuivent toujours. Et le projet de loi du ministre de l’intérieur, Gérard Darmanin, vise davantage à criminaliser les étrangers qu’à tenter de les intégrer. Une vision qui rassure les forces politiques de droite, mais qui aggrave les tensions sociales et les manques importants de main d’oeuvre – sans compter les ressources fiscales associées à un marché du travail plus dynamique.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays