Syndicate content

Ukraine – Russie : nouvelle escalade

mercredi, 21 septembre, 2022 - 15:20

Confronté à un conflit qui s'enlise et à une riposte ukrainienne qui gagne du terrain, Vladimir Poutine passe de "l'opération militaire spéciale" à une mobilisation, certes "partielle" de 300.000 citoyens.

Fuite en avant ou préparation de l’affrontement pour cet hiver? Après huit mois d’un conflit qui a bouleversé l’échiquier mondial, Vladimir Poutine a franchi un cap majeur en décrétant la mobilisation des citoyens sur le front ukrainien. Ces dernières semaines ont vu la progression des troupes ukrainiennes, grâce aux armements fournis par les Occidentaux, et les forces armées russes sont en difficulté. Car si le nombre officiel de 5937 militaires russes décédés a été confirmé par le ministre de la défense, Sergueï Choïgou, le nombre de tués serait supérieur à 60.000.

Vladimir poutine, qui n’a toujours pas prononcé le mot de guerre lors de sa dernière intervention télévisée, a préparé cette annonce avec l’adoption par la Douma, le 19 septembre, d’une loi évoquant pour la première fois une « mobilisation » qui prévoit des peines de prison de trois ans pour les réservistes refusant d’aller à la guerre. Car cette mobilisation n’est pas générale, elle se limite à « ceux qui ont déjà servi et ont une expérience pertinente ». Selon Sergueï Choïgou, cela ne représenterait qu’un « peu plus de 1% » du nombre de personnes mobilisables dans le pays, estimé à 25 millions de personnes. Pourtant cette réserve n’est pas envisageable légalement, et très impopulaire, et l’armée russe peine à recruter, allant chercher des volontaires jusque dans les prisons, et des sources venant du Pentagone ont révélé que les nouveaux enrôlés étaient souvent vieux, mal en point et peu entraînés. La plupart des nouveaux inscrits proviennent des régions les plus reculées du pays.

De nombreux Russes cherchent à partir

Depuis la diffusion de l’intervention du chef d’Etat russe, ce matin, de nombreuses personnes cherchent à quitter le pays et tous les billets d’avion en direction de l’Arménie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan ou le Kazakhstan sont épuisés. Tous les vols sont complets en direction de la Turquie. Les requêtes Google en Russie sur « quitter la Russie » ​ont connu un pic, avec 100 fois plus de recherches qu’habituellement. On observe aussi des embouteillages à la frontière russo-finlandaise avec des dizaines de kilomètres de bouchons au sud-est de la Finlande.

Ce mouvement de départ du territoire russe pourrait être entravé par la méfiance de certains pays frontaliers à l’idée d’accueillir des Russes sur leur territoire. C’est le cas de la Lettonie, qui a affiché son refus en invoquant des problèmes de sécurité. Des pays, comme la Géorgie ou l’Arménie, pourraient également montrer une certaine hésitation, et l’Union européenne cherche à réduire le tourisme russe en Europe. Après huit mois de guerre, il n’existe pas de données officielles sur l’exode russe. Cependant, le FSB, le Service fédéral de sécurité, estime que 3,8 millions de Russes ont quitté leur pays au cours des trois premiers mois de l’année 2022.


Mots clés
, ,
Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pays