Syndicate content

La totalité de l’Europe est exposée aux particules fines

mercredi, 30 novembre, 2022 - 13:32

C'est la pollution la plus importante pour la santé en Europe. 96% de la population urbaine a été exposée à une pollution aux particules fines qui dépasse les seuils fixés par l'Organisation mondiale de la santé

Malgré l’accalmie durant les confinements liés au Covid-19, la qualité de l’air reste globalement mauvaise sur la majeure partie de l’Europe, selon le dernier rapport de l’Agence européenne de l’Environnement. Au cours des deux dernières années, 96% de la population urbaine a été exposée à une pollution aux particules fines qui dépasse les seuils fixés par l’OMS. Et ce n’est pas sans conséquences. On estime que 238.000 décès prématurés sont causés par cette pollution, qui est directement responsable de maladies cardiovasculaires, de cancers du poumon, de problèmes respiratoires multiples, réduisant fortement l’espérance de vie en zone urbaine.

Le sud de l’Europe particulièrement touché

Les pays du nord ont visiblement entamé un travail de prévention. La France est globalement sous les seuils, à l’exception de la région parisienne et du département du Nord. La pollution aux particules PM10 est la plus élevée dans le sud de l’Europe : Italie, Bosnie, Serbie, Macédoine, Bulgarie et Turquie. La pollution aux particules PM 2.5 touche principalement le nord de l’Italie, la Pologne, la Tchéquie, la Slovaquie, la Bosnie, le Kosovo, la Turquie et la Grèce. Les seuils de dangerosité pour la santé sont aussi légèrement dépassés en France (Paris, Hauts-de-France, Rhône, littoral méditerranéen), en Belgique, en Espagne, en Allemagne et aux Pays-Bas. Rappelons que la pollution aux particules fines provient des transports, de l’industrie et l’agriculture, ainsi que du chauffage résidentiel et de la cuisine.

Si la pollution à l’ozone, issue du traffic routier et des activités industrielles tend à baisser, elle reste encore bien trop élevée en Europe centrale et sur les pays méditerranéens. Le dépassement des seuils de pollution à l’ozone est atteint sur quasiment toute l’Europe : les plus hauts niveaux sont relevés au nord de l’Italie, puis sur l’est de la France ainsi qu’à Paris, en Allemagne, Belgique, Autriche, Pologne, Espagne, Portugal, Turquie, Grèce et Bosnie. Une partie de cette ozone provient de l’extérieur de l’Europe, et est transportée par les grands courants en altitude.

Concernant les autres grands polluants moins présents, le dioxyde d’azote est essentiellement répandu dans les grandes villes très urbanisées, beaucoup moins ailleurs. Paris détient le niveau de pollution au dioxyde d’azote le plus élevé d’Europe, suivi de Cracovie en Pologne et de Munich en Allemagne. En France, Italie et Espagne, la pollution au dioxyde d’azote a réussi à chuter de 70 % lors du printemps 2020, avant de remonter progressivement ensuite.


Réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pays